CRÉDIT MUTUEL

L’enseigne s’auto-concurrence dans la région

Publié dans l'édition Nord N. 8352 par

Une filiale du Crédit Mutuel Arkéa vient d’ouvrir un centre d’affaires en plein coeur du territoire de son homologue nordiste, le Crédit Mutuel Centre Est Europe. Une initiative que n’apprécie pas outre mesure ce dernier mais que le Crédit Mutuel Arkéa relativise de plusieurs manières.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le Crédit Mutuel concurrence le Crédit Mutuel. C’est ce qui se passe dans la région depuis la fin mai dernier, date à laquelle la BCME, filiale du Crédit Mutuel Arkéa qui regroupe les fédérations de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central, a ouvert un centre d’affaires à Lille, en plein coeur du territoire du Crédit Mutuel Nord Europe. Banque commerciale du Crédit Mutuel Arkéa, la BCME s’adresse à la clientèle des entreprises, des promoteurs immobiliers et des collectivités locales. En s’implantant à Lille, elle a l’ambition de devenir un partenaire de référence vis-àvis de cette clientèle et lui propose, pour se faire, une offre qu’elle qualifie de complète : financements, traitement des flux financiers, fourniture de moyens de paiement mais aussi assurance, épargne et opérations de salle de marché.

 Basé à Euralille, le nouveau centre d’affaires est dirigé par Stéphane Bavencoffe, 36 ans. Un lillois d’origine, assisté de trois collaborateurs et titulaire d’une déjà longue expérience en matière de banque à usage des entreprises.

 “La nouvelle implantation répond à la stratégie de la banque d’accroître sa couverture géographique du territoire national et de gagner en notoriété”, fait savoir un communiqué de la BCME. En se dotant d’un centre d’affaires à Lille, la banque porte à 19 le nombre d’établissements similaires qu’elle exploite en France, avec celui de Tours qu’elle ouvre simultanément. Elle fait ainsi deux nouveaux pas vers son objectif de “banque régionale à vocation nationale”, c’est à dire alliant un maillage le plus complet possible du territoire français avec la culture de proximité vis-à-vis des acteurs locaux qui est la marque des banques nées en régions.

Au Crédit Mutuel Nord Europe, on n’apprécie pas outre mesure l’initiative. “Elle s’effectue sans notre accord, nous a indiqué Eric Charpentier, directeur général de la banque. On n’en fait pas une maladie. Ce n’est après tout qu’un concurrent de plus. Mais on ne voit pas pourquoi le Crédit Mutuel Arkéa pratique sur notre territoire ce qu’il reproche à d’autres fédérations de pratiquer sur le sien.” Ce que reproche également le Crédit Mutuel Nord Europe à son homologue, c’est de brouiller la perception que la clientèle régionale a de la marque qu’il représente dans la région. Son initiative “ne permet pas de donner une grande visibilité au Crédit Mutuel sur notre territoire et apparaît plutôt préjudiciable à son image globale, estime Eric Charpentier. Nous ferons valoir par différents moyens que le CMNE est le seul à pouvoir employer la marque Crédit Mutuel sur les sept départements où il est implanté.”

Côté Crédit Mutuel Arkéa, on s’emploie plutôt à relativiser la portée de l’événement. “En nous implantant à Lille, nous ne devenons pas uniquement concurrents du CMNE mais de l’ensemble des autres acteurs de la place”, réagit Gérard Bayol, directeur général délégué du Crédit Mutuel Arkéa.

 La BCME lui semble par ailleurs plus complémentaire que concurrente du Crédit Mutuel Nord Europe, dans la mesure où elle s’adresse avant tout aux entreprises effectuant plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.

Statutairement, rien n’empêche une fédération de Crédit Mutuel d’intervenir sur le territoire d’une autre dès lors que l’intervention s’effectue par filiale interposée, rappelle également Gérard Bayol. Et de souligner que l’activité dans une même région de plusieurs acteurs appartenant au même groupe est loin d’être une originalité dans le secteur bancaire, y compris mutualiste, donnant à cet égard l’exemple du Crédit Mutuel Centre Est Europe, basé à Strasbourg, dont six ou sept filiales sont actives dans l’ouest de la France.

“Notre implantation à Lille s’inscrit dans le cadre d’une stratégie consistant à accélérer le développement de notre banque des entreprises”, conclut Gérard Bayol. A ce titre, elle répond moins au souci de concurrencer le Crédit Mutuel Nord Europe qu’à celui de regagner des parts de marché sur les autres acteurs bancaires.

 Une stratégie qu’il est également tentant d’inscrire dans le cadre de la rivalité qui oppose les deux grands pôles du Crédit Mutuel : Centre Est Europe, qui fédère aujourd’hui autour d’elle neuf autres caisses régionales, et Arkéa, seconde fédération par la taille, même si c’est très loin derrière sa rivale. Dans cette hypothèse, l’accélération imprimée au développement de la BCME peut être perçue comme un moyen de rééquilibrer un tant soit peu les forces en présence. Pour tenter de faire obstacle aux ambitions de Michel Lucas, président du Crédit Mutuel Centre Est Europe et de la Fédération nationale, de créer un réseau unifié assujetti à la caisse régionale qu’il dirige.