Alliance emploi fait un clin d’oeil à la génération Y

Publié dans l'édition Nord N. 8358 par

En assemblée générale le 22 juin à la Cité des
échanges à Marcq-en-Baroeul, le groupement
d’employeurs a souligné les opportunités d’insertion
professionnelle que représente l’emploi partagé pour
les jeunes de la tranche 18/26 ans.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Parmi les quelque 700 salariés d’Alliance emploi à ce jour, “au moins 20% de jeunes de la génération Y”. Cette dernière désignant généralement les jeunes nés à partir de 1980 mais comprise ici dans sa définition restreinte, celle de la tranche de 18/26 ans, la plus frappée en région par le chômage. “Nos enfants”, comme Martial Bouton, directeur général d’Alliance emploi, a désigné ces jeunes, ont un rapport au marché du travail assez particulier. “C’est une génération qui revendique beaucoup sa liberté, qui aspire à une certaine autonomie dans le travail, qui veut des responsabilités assez rapidement”, pense Laurence Choquet, directrice de l’agence Grand- Lille (située à Villeneuve-d’Ascq) d’Alliance emploi.

Un salarié d’Alliance emploi peut travailler à la fois pour deux entreprises, lesquelles sont adhérentes du groupement d’employeurs. C’est ce qu’on appelle l’“emploi partagé”, forme de travail que développe Alliance emploi et sur laquelle elle revendique la position de leader en France. L’emploi partagé avec ce qu’il recèle de missions diverses et de responsabilités différentes auprès de multiples employeurs “peut représenter une véritable opportunité” de carrière “pour ces jeunes qui devraient être managés différemment”, pense-t-on à Alliance emploi. “Pour les jeunes diplômés, le temps partagé, c’est une première expérience professionnelle ou le moyen de renforcer une première expérience professionnelle.” En termes de sécurité et de stabilité, cette forme de travail n’a rien à envier aux formes classiques, fait-on savoir : “80% de nos contrats sont des CDI.” Certains salariés d’Alliance emploi affirment le préférer à l’intérim et à l’emploi saisonnier.

 Les profils recherchés sont divers. L’an dernier, un salarié sur deux était agent de production et environ 13% étaient soit préparateurs de commande ou caristes… Alliance emploi dit mettre l’accent sur les métiers nouveaux tels ceux des technologies numériques, auxquels la génération Y est beaucoup plus ouverte. Ce n’est pas la première fois que le groupement d’employeurs fait un geste en direction des jeunes. En octobre dernier, Alliance emploi a lancé le Pep’s (premier emploi partagé) destiné à ces mêmes jeunes. A ce jour, une trentaine en ont bénéficié. Un élément du bilan 2010 : l’activité a progressé de 25% en un an. Le groupement d’employeurs crée cet été sa sixième agence à Amiens. Première hors du Nord-Pas-de- Calais et une prochaine annoncée sur Metz peut-être pour 2012.