Gataka : des tee-shirts et des mangas

Publié dans l'édition Nord N. 8360 par

Reproduire des mangas sur des tee-shirts, ça
paraît simple. Ça ne l’est pas : il faut acheter
les licences aux éditeurs japonais, trouver des
revendeurs, les fidéliser. Thierry Hemeidan,
autodidacte, a réussi ce pari. Ses vêtements
sont vendus sur le Net et auprès des plus grands
distributeurs. Il crée également des tee-shirts
personnalisés pour des événements.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Parcours d’un autodidacte. Bien rangés sur des cintres, des tee-shirts en coton, 190 g, constituent la gamme des échantillons de Gataka. Sur chacun sont reproduits des mangas. Thierry Hemeidan procède à la visite. Les locaux, récemment achetés, sont propres, l’ordre règne, des commandes sont prêtes pour l’expédition. Chaque chose est à sa place. Gataka a été créée il y a cinq ans. Le gérant se présente comme un autodidacte. Il a d’abord travaillé dans l’hôtellerie tout en cultivant sa passion pour l’informatique. Il s’est formé seul à l’infographie et a travaillé à Besançon où un horloger lui a donné pour mission de dessiner des montres par ordinateur. Certains se souviennent des montres Akteo qui illustraient sur leur cadran des symboles de professions ou de passion, depuis le violon pour les mélomanes jusqu’à la seringue pour les infirmières. Une mode qui a connu un grand succès et dont Thierry Hemeidan est un des protagonistes. Puis, la Fondation Hergé l’attire et c’est à Bruxelles que se développe le talent technique et commercial de ce créateur. Il développe des licences, des produits dérivés et crée des modèles de montres. L’expérience dure quatre ans. Ayant fait le tour des possibilités d’évolution, un départ est négocié dans l’optique de la création d’une société. Les compétences sont acquises et il reste à les utiliser au profit d’un projet personnel.

L’achat de licences japonaises et l’envie de se développer à l’international. Une opportunité se présente : la création de produits dérivés de la marque Little Country. Des mugs, des cartes, etc. sont dessinées par Thierry Hemeidan qui se charge également de les commercialiser. Gataka est créée sur cet objectif. La crise économique fragilise ces ventes. Il faut diversifier la gamme et le fait de devenir agent commercial de Artoyz et Nekowear annonce un tournant. La société prend de la force lors du rachat de la marque Nekowear que Thierry Hemeidan développe fortement. Neko : le fameux petit chat, un symbole mondialement connu. Ceci marque un tournant décisif qui oriente Gataka vers un secteur dit de niche. Le marché du manga est très spécialisé et confidentiel. “Les amateurs de mangas sont avant tout des connaisseurs, de toutes générations. Ces passionnés recherchent des productions de tee-shirts et de produits dérivés et ont une relation très affective avec ces reproductions. Neko m’a permis de me lancer et m’a rendu crédible. J’ai d’abord reproduit les illustrations sur des tee-shirts en coton achetés en Europe puis, un peu à la fois, mon marché s’est élargi. J’ai dû les faire réaliser en Chine mais auprès de sociétés soigneusement choisies. J’ai acheté des licences de reproduction de célèbres mangas dont Naruto. Il ne faut pas se tromper. Je paye 12% de royalties et je possède actuellement 15 licences. Parallèlement, j’ai développé mon créneau de revendeurs et ai créé un site marchand.” Parmi ces derniers, les plus grands distributeurs de produits culturels, les boutiques spécialisées, les grandes librairies. Gataka est devenue une marque appréciée. La société se fait connaître lors des grands salons, dont Japan Expo qui a eu lieu à Villepinte, du 1er au 4 juillet ; 150 000 visiteurs passent devant le stand qui ne désemplit pas. Les passionnés de mangas forment une grande famille.

Créations pour les événements d’entreprise. La société se développe sûrement et harmonieusement. Gataka emploie un agent commercial et annonce un chiffre d’affaires de 400 000 €. Elle vient d’acheter ses locaux, après avoir bénéficié d’un hébergement dans une pépinière privée : P2A, à Tourcoing. Thierry Hemeidan s’occupe de la partie administrative, juridique, de l’acheminement des commandes sur le Net. Il reste attentif à l’évolution du marché. Par exemple, les tee-shirts de la collection Geek, une création interne qui n’impose pas de licence, marchent très bien. Et les trois enfants de ce créateur n’hésitent pas à donner leur avis : un test essentiel et probant. Ce gérant est heureux d’être indépendant et fait valoir toute sa créativité et son sens de l’innovation. Il développe des produits complémentaires, étudie les possibilités de se développer à l’international. Depuis peu et avec succès, il crée des visuels sur des tee-shirts à l’occasion d’événements d’entreprise. Une semaine pour réaliser le prototype et deux semaines de fabrication : Gataka maîtrise l’ensemble de l’opération à un coût concurrentiel. Cette nouvelle facette de l’activité attire des clients séduits par le savoir-faire et la disponibilité d’une toute petite entreprise bien locale mais de dimension internationale.