H2O Infinity en plein développement

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8355 par

C’est une société de négoce et d’assainissement
établie dans la zone d’activité économique
Marcel-Doret à Calais. Son dirigeant, Pascal
Cordier, développe ce marché depuis Calais. H2O
Infinity prend son essor et vise particulièrement
le littoral. Rencontre et perspectives.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une année après sa création, H2O Infinity est confiante : la réalisation de micro-stations d’épuration en France est un chantier qui va durer plusieurs décennies. “En France, le traitement des eaux usées s’est souvent fait de manière archaïque”, nuance pudiquement le gérant : c’était l’époque du tout-épandage. “C’était aussi par manque d’offre”, explique-t-il encore. Mais les choses changent avec la réglementation européenne sur le sujet, qui se met en place en 2005. Le Grenelle de l’environnement popularise dans la foulée les installations d’assainissement non collectif. Le marché explose… La France rurale fait la révolution dans ses jardins depuis que l’Insee a lâché le chiffre de 5,5 millions d’installations non conformes. “Le marché est donc gigantesque”, conclut Pascal Cordier. A partir de Calais, d’où il veut rayonner sur la côte, ce Dunkerquois fait amener ses installations d’un port belge et stocke en Flandre- Maritime. “Tous nos produits sont allemands. Certains sont faits au Liban où se trouvent des spécialistes de la plasturgie.” Les produits distribués par H2O Infinity bénéficient du recul que peut avoir l’entreprise depuis la sortie des premières cuves. “Aujourd’hui, vous trouvez des cuves en béton, pas très intéressantes en termes de durabilité. Il y a des cuves en plastique mais elles peuvent être fragiles. Notre avantage, c’est que les nôtres sont faites d’un seul bloc, sans couture. Nos cuves supportent des charges de 18 tonnes”, explique-t-il.

 Des installations pour 4 ou 1 500 habitants. H2O distribue ce type de produits dans tout le nord de la France. Cette commercialisation se fait vers les lotisseurs, les collectivités territoriales via des appels d’offres et en direction du grand public. “On fabrique des installations qui peuvent convenir à un foyer de 4 personnes comme pour un ensemble de 1 500 habitants”, précise l’entrepreneur. Pour les lotisseurs, H2O Infinity propose une service de gestion de l’installation. “Le lotisseur a toujours le choix entre une cuve pour chaque habitation ou une cuve pour tout le monde. Et là, ça devient problématique parce que les grands groupes gestionnaires de ce type de réseau ne s’intéressent pas beaucoup à cette taille intermédiaire. Donc le lotisseur aura tendance à pencher pour de l’individuel.” Le budget prévisionnel pour l’année s’établit à 800 000 euros et la société devrait poursuivre sa croissance avec, en ligne de mire, des accords signés avec des constructeurs de maisons individuelles. Un pari que Pascal Cordier a bien l’intention de relever avec son associé et six commerciaux qui sillonnent la région, la Somme et la Seine- Maritime.