RÉUNION D’INFORMATION SUR LE TERMINAL MÉTHANIER À DUNKERQUE

Les premiers lots ont été attribués

Publié dans l'édition Nord N. 8362 par

Depuis 2008, la CCI Côte d’Opale, Dunkerque-
Port et Dunkerque LNG (filiale EDF) travaillaient
sur le projet d’implantation d’un terminal
méthanier au Clipon. Mis un temps au point
mort du fait de l’évolution du marché du gaz,
celui-ci a été relancé au mois de mai lors
de la visite du président de la République,
Nicolas Sarkozy, qui a confirmé le lancement du
chantier. Quelles sont les opportunités qui en
découlent pour la sous-traitance locale ? C’est ce
à quoi ont essayé de répondre les membres du
comité de pilotage…

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Positionnée en tant qu’interlocutrice des maîtres d’oeuvre et d’ouvrage, l’objectif de la CCI est d’optimiser les retombées économiques du chantier pour les entreprises de la Côte d’Opale. Une réunion d’information a mis en contact, le 1er juillet, les sous-traitants postulants et les trois contractants retenus par EDF pour la construction du terminal.

Sur le plan technique, la capacité annuelle de regazéification du terminal oscillera entre 10 et 13 milliards de mètres cubes, soit plus de 20% de la demande gazière française et 8% du trafic du port de Dunkerque. Les investissements se montent à 1,3 milliard d’euros dont 50 à 60 millions pour le port, 50 millions pour le gazoduc à la sortie du terminal et le solde pour Dunkerque LNG. En termes d’emplois, durant la construction, le projet devrait mobiliser jusqu’à 1 200 personnes soit 2 millions d’heures de travail. Et 50 emplois directs seront créés durant la phase d’exploitation, auxquels s’ajouteront 150 emplois indirects pour la maintenance.

Dunkerque LNG a retenu trois contractants.

Bouygues TP et Entrepose Contracting, en charge de la construction de trois réservoirs de 190 000 m3 de stockage de gaz liquide. Techint-Sener LNG, pour la construction du terminal de réception, de l’unité de regazéification, des canalisations de liaisons entre les différents éléments et de la jonction avec le gazoduc GRT gaz. CSM Bessac, en charge de la construction du tunnel d’amenée d’eau de réchauffement issue du canal de rejet de la centrale de Gravelines : à ce titre, l’expérience acquise lors de l’expérience du tunnel sous la Manche est jugée positive. La CCI Côte d’Opale se place comme un facilitateur permettant de mettre en relation les contractants avec l’ensemble des entreprises pouvant intervenir sur le chantier. Par ailleurs, elle peut accompagner les entreprises qui le souhaitent afin de les aider à accéder aux marchés.

La réunion qui a été organisée le 1er juillet et qui a réuni 250 participants avait trois objectifs. Elle visait à faire connaître aux sous-traitants du Dunkerquois les lots, les besoins et les attentes des contractants. Serge Casadei, représentant Entrepose, s’est engagé à essayer de faire travailler la main-d’oeuvre locale présente, un discours repris du côté de Bouygues TP par l’intermédiaire de Steeve Meechan qui a précisé qu’il avait besoin d’une main-d’oeuvre spécialisée dans le traitement du sol. Les besoins en matériel pourront être pourvus au niveau local mais en répondant à une logique économique. La fabrication du béton, de l’acier pourra être effectuée sur place. Le choix des entreprises se fera par tranches mais les attributions ont déjà commencé : le génie civil (traitement des sols) a déjà été attribué ainsi que le terrassement ; l’extraction d’eau est en discussion et les fournitures seront contractualisées après l’été.

Elle avait aussi pour but de permettre aux sous-traitants de soumettre leurs compétences, leurs exigences et d’expliquer enfin le rôle de la chambre de commerce ayant travaillé plusieurs années sur ce dossier, à travers un comité de pilotage composé d’élus.

La volonté de la CCI Côte d’Opale est de participer à l’organisation des relations entre les contractants et les sous-traitants : Paul Lammin a été nommé par le comité de pilotage “coordinateur” afin de mettre en relation les familles qui s’installeront le temps du chantier et les collectivités. Il sera chargé de faciliter les démarches concernant le logement, la scolarisation mais aussi l’hébergement ou la restauration… La prochaine réunion devrait avoir lieu à l’automne et concernera les contractants et les sous-traitants répondant aux critères d’éligibilité.