LE QUESNOY : LA ZONE COMMERCIALE S’AGRANDIT

Une aventure commencée en 1999

Publié dans l'édition Nord N. 8362 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour Eric Mozas, à la fois directeur de l’Intermarché et propriétaire de la zone commerciale tout autour, l’aventure avesnoise a démarré en 1999 avec le rachat d’un supermarché alors plus petit et situé à un autre endroit. Depuis, il l’a transféré sur un axe de passage, agrandi, pour le faire entrer, comme il dit, “dans le top 15” des magasins de l’enseigne en France. Il a aussi attiré d’autres commerçants qui sont ses locataires. “Le but de ces agrandissements successifs, résume-t-il, c’est d’éviter l’évasion commerciale vers Valenciennes. En 2004, on a d’abord transféré le magasin et développé la zone commerciale. En 2007/2008, ce fut agrandissement du magasin, porté à 4 200 m2, et en ce moment nous sommes dans la troisième phase.”

Troisième phase. Les chantiers en cours sont nombreux : création d’une cafétéria, d’un fast-food ; déplacement d’un magasin de vêtements de la galerie relogé dans un bâtiment extérieur nouveau ; installation de nouvelles enseignes dont une de chaussures, un discount dans l’habillement, un fabricant vendeur de cuisines… Dans la galerie sont annoncés une parapharmacie, un magasin de vêtements et de la téléphonie mobile. L’ensemble de la zone commerciale emploie 217 personnes actuellement. Avec les différentes ouvertures, 80 autres emplois vont être créés d’ici à la fin de l’année.

Eric Mozas précise que les deux restaurations doivent s’ouvrir au public le 12 septembre. Quant à la livraison des autres bâtiments, prévue début octobre, elle laisse présager une mise en service, le temps des aménagements intérieurs, en début d’année prochaine.

Un patron indépendant. Depuis 12 ans, Eric Mozas gère en patron indépendant tout ce développement, au rythme des autorisations administratives, tous les trois ans. Son épouse et son f ils travaillent aujourd’hui avec lui. Il finance les opérations lui-même. “L’ampleur de l’investissement est de l’ordre de 6 millions pour la phase actuelle, mais, en tout, depuis 1999, on a investi environ 26 millions”, explique-t-il. Il confie avoir parié sur l’attractivité de la ville et de l’Avesnois. Avant de venir s’installer et tenter sa chance dans le Nord, dont son épouse est originaire, il a travaillé dans le commerce et la grande distribution mais en Afrique du Sud.