Inauguration du stade du Hainaut à Valenciennes

Ecrin rouge pour soirées enfiévrées

Publié dans l'édition Nord N. 8364 par

Le nouveau – et superbe – stade de
Valenciennes, le stade du Hainaut, a été
inauguré officiellement le 26 juillet en présence
de plusieurs personnalités, dont le député du
Nord et ancien ministre Jean-Louis Borloo.
Avec cet écrin rouge aux couleurs du club,
d’une capacité de 25 000 places, le VAFC entre
dans une ère nouvelle et affiche désormais
des ambitions à la mesure d’un magnifique
équipement situé à proximité de l’ancien stade
Nungesser.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Situé au coeur de la ville de Valenciennes, ce stade flambant neuf de 25 000 places a coûté 75 millions d’euros. Le financement a été assuré par Valenciennes Métropole (55 millions) et la région Nord- Pas-de-Calais (20 millions). Le club devra payer un loyer annuel de 900 000 euros à 1,6 million d’euros, “selon les résultats sportifs” a précisé Valérie Létard, présidente de la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole, maître d’ouvrage du projet. Inauguré le 26 juillet en sa présence, aux côtés du député du Nord et ancien ministre Jean- Louis Borloo, du président du VAFC, Francis Decourrière, et du président de la Ligue (LFP), Frédéric Thiriez, le nouveau stade de Valenciennes présente plusieurs particularités. La pelouse est ainsi au-dessous du niveau du sol (de 5,50 mètres) et le “kop” des supporteurs n’est pas derrière un but mais face à l’entrée des joueurs et à la tribune présidentielle, devenant par là-même “le nouveau chaudron du VAFC” selon Valérie Létard

Enthousiasme partagé. Grand artisan du projet, Francis Decourrière ne cachait pas sa joie lors de cette journée historique pour son club de coeur. “Aujourd’hui, je ressens de la fierté quand je vois ce bébé”, confiait ainsi le président du VAFC qui, après sept ans de présidence, vient de passer les commandes du club à Jean-Raymond Legrand. Un septennat glorieux qui aura vu le club passer du National à la Ligue 1 et se doter de nouveaux centre d’entraînement et centre de formation ! Un immense défi à la mesure d’un combat mené depuis 25 ans, à l’époque où le club faillit disparaître définitivement. Jean- Louis Borloo, ancien maire de Valenciennes (1989-2002) et ancien président de VA, le rappelait avec émotion : “VA a plusieurs fois failli mourir mais les grands clubs ne meurent jamais. La preuve aujourd’hui avec ce stade qu’on va aimer : c’est le moins cher, le plus beau et le plus urbain qu’on puisse trouver.”

Et il faut reconnaître que le rutilant stade du Hainaut affiche haut les couleurs du club avec des tribunes rouge vif tandis que l’enveloppe extérieure métallique, composée d’écailles en inox brut, évoque l’Allianz Arena, le stade du Bayern Munich. “L’Allianz Arena, comme celui-ci, fait partie de ces stades avec une arène à l’anglaise au plus proche de l’aire de jeu, avec un effet chaudron (…) pour avoir un maximum de convivialité”, expliquait Maxime Barbier, l’un des architectes associés de l’agence Scau (société de conception d’architecture et d’urbanisme), concepteur de l’équipement. Une enceinte chaleureuse, conviviale et moderne qui devrait rougir de plaisir dès le premier match de Ligue 1 à domicile face à Brest le 13 août, comme ce fut le cas lors d’une inauguration festive qui projette désormais le club dans un futur prometteur où l’histoire reste à écrire.