PLDE de la Sambre-Av esnois

Les premières priorités sont fixées

Publié dans l'édition Nord N. 8370 par

L’innovation industrielle occupe le premier rang
du plan local avec, notamment, le centre d’essais
d’Areva, la fabrication de la Kangoo électrique
chez MCA et la relocalisation prochaine du pôle
universitaire. Plusieurs études sont prévues dans
différents domaines.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le 31 mai, en mairie de Maubeuge, s’est tenu le premier conseil de gouvernance du plan local de développement économique de la Sambre-Avesnois. Ce PLDE1, rappelons-le, scelle les priorités économiques définies entre le territoire et le Conseil régional, lui-même investi par l’Etat pour exercer la compétence économique. Cette réunion a permis de passer en revue les premières orientations économiques de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe, qu’elles reposent sur des points d’appui déjà existants ou sur des études à venir. En voici un résumé.

L’innovation industrielle. Cette priorité énoncée en tête du PLDE renvoie d’abord au nouveau centre d’essais d’Areva, situé à Maubeuge mais rattaché à l’usine JSPM de Jeumont où l’on fabrique des pompes et mécanismes pour les centrales nucléaires du groupe. Ce dernier a annoncé la création de 800 emplois en dix ans sur ses sites sambriens… Rémi Pauvros, évoquant la catastrophe du Japon, a estimé que le pôle nucléaire du val de Sambre avait une bonne carte à jouer en matière de sécurité des installations nucléaires. Autre atout affiché : le modèle électrique de l’utilitaire Kangoo fabriqué chez MCA. De l’usine maubeugeoise, il a été dit qu’elle était la seule au monde à fabriquer, sur chaîne, un modèle 100% électrique. Troisième dossier repris dans le PLDE : le pôle universitaire de la Petite-Savate (deux IUT et un labo de recherches sur les matériaux) qui va être transféré sur le site du lycée Pierre-Forest de Maubeuge (6 614 m2, un coût de 13 millions dont 10 apportés par le Conseil régional). La rentrée est prévue en 2012. Jean-Luc Pérat, député, a souhaité, à cette occasion, un partenariat étroit entre l’université et les acteurs du pôle d’excellence rurale Pierre et Bois du sud de l’Avesnois. La Région est engagée des deux côtés.

Des projets en attente. Le PLDE met également en bonne place le projet de centre d’essais ferroviaires à Bachant ainsi qu’une étude qui serait menée par l’agglomération Maubeuge Val de Sambre, avec l’objectif d’organiser l’accompagnement de 90 PME et PMI relevant du secteur de la mécanique (il existe d’ailleurs un pôle d’excellence régional mécanique né en Sambre-Avesnois). Autre piste, toujours sur le terrain de l’innovation : l’implication du territoire dans le pôle de recherche Medee (Maîtrise énergétique des entraînements électriques) avec la création à Jeumont d’un centre d’essais de moteurs, turbines et bobinages de grande puissance.

Agriculture. A la demande du syndicat mixte du Scot de l’arrondissement (schéma de cohérence territoriale), une étude doit être menée par la Chambre d’agriculture régionale, en lien avec le Groupement des agriculteurs biologiques du Nord- Pas-de-Calais, le parc naturel de l’Avesnois et l’Agence de développement et d’urbanisme de la Sambre. Objectif principal : mettre en place une “plate-forme d’approvisionnement” des restaurations collectives en produits bio et conventionnels. L’étude pourrait être réalisée entre septembre 2011 et mars 2012. Christine Batteux a souhaité que l’étude ne soit pas qu’économique et englobe aussi le domaine de l’accueil et de l’hébergement touristique en milieu rural, étant donné les atouts du territoire dans ce domaine. La préservation du bocage, le développement du biologique, la filière bois énergie, la méthanisation, les circuits courts ont été cités comme éléments de contexte de cette étude.

Economie sociale et solidaire. Sous l’égide de l’AMVS, doit être réalisée une étude diagnostic (financée en grande partie par le Conseil régional) sur l’ensemble de l’arrondissement. Objectifs : dresser un état des lieux, recenser les acteurs, repérer les pistes de développement, créer une stratégie et un observatoire. L’objectif est de rattraper un déficit de 1 500 à 2 000 emplois par rapport à la moyenne régionale, d’autant plus que le territoire accuse un taux de chômage de 17,1% (12,9% pour la région).