PATRICK DUVAL, BÂTONNIER DE L’ORDRE AU BARREAU D’AVESNES-SUR-HELPE

Outreau Technologiessur la bonne voie

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8365 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Cette usine, devenue en 2004 une fonderie ferroviaire à part entière, possède une capacité de production de 4 000 coeurs de voie, emploie 200 salariés (+ environ 10% d’intérimaires), travaille avec 150 fournisseurs et sous-traitants, et réalise un chiffre d’affaires de 25 M€. L’ensemble du foncier (racheté par un fonds israélien depuis quelques années) représente 45 000 m² de bâtiments. Outreau technologies cherche à louer 15 000 m² d’ateliers, aujourd’hui inutilisés, ainsi que 400 m² de bureaux. Par ailleurs, la société a réalisé un jointventure avec deux constructeurs d’appareils de voie japonais, qui a donné naissance à Outreau technologies Japan en 2009. Outreau technologies a bénéficié du plan d’investissement du groupe avec l’installation d’une raboto-fraiseuse à commande numérique (2 M€).

Pôle d’excellence pour les coeurs de voie, la SAS Outreau technologies est le leader européen dans la conception et la fabrication de ces coeurs de croisement au manganèse, éclissés ou soudés, depuis plus de 50 ans. Elle est présente sur les marchés de voies traditionnelles comme sur ceux des réseaux grande vitesse ou des réseaux suburbains (métros et tramways) dans toutes les régions du monde. “Nos coeurs de croisement, assure le directeur d’exploitation, Pascal Delgrange, sont soumis à des conditions extrêmes : de charge à l’essieu, de fréquence, de vitesse, et climatiques.” L’entreprise propose par ailleurs un service de maintenance allant de l’expertise à la réalisation des opérations de rechargement et de reprofilage en voie.

Une innovation explosive. L’entreprise, en contrat avec les chemins de fer français, belges et italiens, vient également de se distinguer par l’innovation, avec son “coeur de voie en acier au manganèse prédurci par explosion”, testé durant cinq ans par le réseau ferré suisse (CFF) et réalisé en partenariat avec la société d’explosifs Eurenco France à Sorgues (Vaucluse). Cette nouvelle technologie, qui présente l’avantage de réduire l’usure de la pièce, permet une diminution des coûts d’exploitation et offre à l’entreprise de réelles opportunités de développement.

Bientôt un nouveau marché ? Si le contrat avec la SNCF doit encore durer cinq ans, Outreau technologies pourrait en obtenir bientôt un autre avec Eurotunnel : l’installation de pièces dans le “cross-over” du tunnel sous la Manche, là où les trains passent d’une voie à l’autre, grâce à une intervention du député Frédéric Cuvillier auprès du PDG, Jacques Gounon.

De quoi donner des raisons d’espérer à une entreprise plus que centenaire : si la société a changé plusieurs fois de nom avant de devenir en 2004 une filiale à part entière du groupe Manoir industries, elle est présente à Outreau, à la limite de Saint-Etienne-au-Mont depuis 1890.