desserte fluviale

Une charte de partenariatentre le Nord-Pas-de-Calais et la Wallonie

Publié dans l'édition Nord N. 8370 par

Le concept de “ Ta x i B a r g e – Transfrontalier” est une démarche proactive pour promouvoir le développement du traf ic de conteneurs sur l’axe fluvial Nord-Pas-de-Calais/Wallonie. Le Port de Liège, le Service public de Wallonie, le Grand Port maritime de Dunkerque et les Voies navigables de France ont signé une […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le concept de “ Ta x i B a r g e – Transfrontalier” est une démarche proactive pour promouvoir le développement du traf ic de conteneurs sur l’axe fluvial Nord-Pas-de-Calais/Wallonie. Le Port de Liège, le Service public de Wallonie, le Grand Port maritime de Dunkerque et les Voies navigables de France ont signé une charte de partenariat pour l’émergence d’une ligne fluviale avec escales entre la région Nord-Pas-de-Calais et la Wallonie.

Ce concept de service “taxi fluvial” permettra de connecter entre eux 12 ports maritimes et fluviaux sur un axe à grand gabarit allant de Dunkerque à Liège, avec une offre mixte conteneurs maritimes et transport combiné, visant à développer des offres de transport multimodal en porte-à-porte. La démarche engagée dans la charte consiste à déf inir un concept de service de transport combiné basé sur une ligne fluviale régulière de conteneurs et de caisses mobiles à escales multiples entre la région Nord-Pasde- Calais et la Wallonie, identifier et évaluer l’ensemble des contraintes et opportunités associées, étudier et valider le concept et les éléments additionnels liés à la notion de service, soumettre le concept au marché en vue d’une mise en place opérationnelle. Ce groupe projet aura vocation à approfondir le concept et le planning de l’opération, mais aussi à définir les objectifs et les moyens additionnels éventuels à mettre en oeuvre pour l’émergence de ce nouveau service fluvial. La stratégie du développement du “TaxiBarge-Transfrontalier” est basée sur une démarche coordonnée chargeurs/ opérateurs de terminaux/ institutionnels pour pouvoir amorcer l’offre de service. L’objectif est d’apporter un nouveau savoirfaire sur les chaînes de transport et sur les platesformes multimodales. Cette charte de partenariat anticipe le développement des diverses plates-formes multimodales le long du canal Seine-Nord Europe qui connectera le bassin de la Seine au réseau fluvial à grand gabarit entre la France et la Wallonie.

Le Port autonome de Liège. Le port de Liège, avec ses 22 millions de tonnes de trafic, est le premier port intérieur belge et le troisième au niveau européen. Ce projet de coopération s’inscrit très clairement dans la stratégie développée par le Port autonome de Liège de se positionner en tant que port situé dans l’hinterland naturel des ports de la mer du Nord. Eléments importants dans l’augmentation croissante du trafic mondial (notamment du trafic conteneurisé), les ports intérieurs sont dorénavant devenus des acteurs incontournables des chaînes logistiques.

Emile-Louis Ber trand, di recteur général du Port autonome de Liège, conf irme : “Unport intérieur comme le nôtre, extrêmement bien situé dans l’hinterland naturel de nos ports maritimes nationaux ainsi que de Dunkerque, joue un rôle de plus en plus important dans une telle stratégie.”

Enfin, ce partenariat anticipe le développement des diverses plates-formes multimodales le long du canal Seine-Nord Europe qui connectera le bassin de la Seine au réseau fluvial à grand gabarit et qui permettra au Port autonome de Liège de renforcer ses trafics entre la France et la Wallonie.

Le Service public de Wallonie. Le Service public de Wallonie compte notamment sept directions générales opérat ionnel les, chargées de la gestion de matières et de compétences régionales spécifiques, en lien direct avec les besoins et les attentes des citoyens, des entreprises, des associations et des pouvoirs locaux.

La direction générale opérationnelle “Mobilité et voies hydrauliques” est avant tout l’acteur public d’une autre mobilité, plus durable et porteuse de développement socio-économique pour la Wallonie. Ses champs d’action couvrent à la fois le transport de personnes et de marchandises au niveau des voies navigables, le transport scolaire, la politique du transport en commun, la politique aéroportuaire…

Les Voies navigables de France. VNF gère et exploite 6 200 km de voies navigables, le plus grand réseau européen de canaux et rivières aménagés, 2 000 ouvrages d’art et 40 000 hectares de domaine public bord à voie d’eau. Ses actions de promotion et de développement de la voie d’eau lui permettent de valoriser les potentiels et les savoirs existants, de mettre en oeuvre des partenariats. Contrats, conventions, recherches…, l’établissement initie et anime des dizaines d’actions chaque année. VNF est également maître d’ouvrage de grands projets tels le canal à grand gabarit Seine-Nord Europe dont l’ouverture est prévue pour 2016, la liaison Saône-Moselle dont le débat public est programmé en 2012, le canal du Rhône à Sète ou encore la mise à grand gabarit de la section Bray-Nogent, entre la Région parisienne et l’Aube.

Le Grand Port maritime de Dunkerque. Le port de Dunkerque, avec ses 42,7 millions de tonnes de trafic en 2010, a confirmé son rang de premier port fluvial de la région Nord- Pas-de-Calais avec un traf ic de 2,7 millions de tonnes traitées via les quais du port. Sous l’action du Contrat de progrès unissant VNF, le Syndicat professionnel des entreprises de manutention (SPEM), l’Union maritime et commerciale (UMC) et le Grand Port maritime de Dunkerque, la part modale de la voie d’eau est ainsi passée de 8% en 2005 à 14% en 2010.

Le projet stratégique, adopté en avril 2009 par le conseil de surveillance du Grand Port maritime de Dunkerque, a mis en évidence la nécessité de mettre en place de nouveaux services de transport massifiés, ceci afin de permettre “d’élargir l’hinterland du port”.

Terminal Link, qui est devenu le nouvel actionnaire majoritaire du terminal à conteneurs Nord France terminal international (NFTI) en juillet 2010, a également rappelé la nécessité d’intensifier le recours aux services multimodaux afin de dynamiser l’activité conteneurs du port de Dunkerque (200 000 EVP en 2010).

Enfin, le développement de tels services est une déclinaison opérationnelle du Grenelle de l’environnement, dont l’un des objectifs affichés est le développement de la part du fret non routier dans la desserte terrestre des ports français.