Bienvenue à la ferme

Les cavaliers olympiques au Touquet

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8385 par

A une heure de la capitale britannique, le Parc
équestre du Touquet-Paris-Plage a été choisi
comme base avancée des Jeux olympiques de
Londres.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Noyé dans la verdure du parc international de la Canche, le centre équestre dispose d’une des meilleures infrastructures de France avec 45 km d’allées cavalières balisées dans les espaces forestiers et dunaires, plus de 10 km de plage, un hippodrome d’une superficie de 45 hectares. Le centre accueille depuis toujours l’équitation de loisir, l’initiation et le perfectionnement à cheval et à poney, les compétitions et l’hébergement des équidés, sans oublier les promenades en forêt, dans les dunes et sur la plage. Avec 60 chevaux et poneys, 20 personnes à temps complet, dont 5 moniteurs, animent cet espace dont tous les bâtiments ont été remis à neuf. L’arrivée de François Devulder, en novembre 2008, a été le point de départ du programme de rénovation et d’agrandissement du domaine de 65 hec-tares appelé désormais Parc équestre du Touquet-Paris-Plage. En 2010, au centre équestre, les écuries ont été refaites, tout comme le manège olympique. Une fresque signée Bruno Maillard, artiste de la région, orne la façade. L’accueil a été relooké. Le sol des carrières et du terrain de détente de concours a été nivelé. Le centre équestre régional a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires d’un million d’euros. Au parc international de la Canche, le terrain d’honneur en herbe a été agrandi et le sol, entièrement refait pour atteindre la qualité optimale. Ces terrains sont prêts pour accueillir les cavaliers olympiques avant les JO de Londres 2012, ces terrains d’entraînement étant les plus proches de la Grande-Bretagne. Ils ont été inaugurés en juillet 2011, avec de prestigieux concours de saut d’obstacles, un village exposants, un point d’accueil VIP, un espace restauration, un bar à champagne et 400 box démontables. Un aménagement paysager avec une plate-forme panoramique centrale permet même de voir les deux terrains… et la mer !

Dès novembre 2011, 82 box en barns seront utilisables, près des tribunes du champ de courses.

Ces installations sont avant tout destinées aux cavaliers professionnels et à l’événementiel. Salles de soins, douches dont l’eau est fournie par la récupération des eaux de pluie, solarium : tout a été pensé pour le confort des chevaux, sans oublier des selleries pour les compétiteurs. Chaque box a une superficie de plus de 12 m2, avec fenêtre donnant sur l’extérieur et abreuvoir avec circuit d’eau pour éviter les déperditions. Le bâtiment est HQE, avec une verrière. L’architecte s’est soumis aux exigences des Bâtiments de France, les tribunes de l’hippodrome étant classées Monuments historiques. La structure, d’une superficie de 1 500 m2, avec 3 000 m2 de toitures en tuiles identiques à celles des tribunes, a coûté 1 600 000 euros. François Devulder précise : “Ce qui a coûté très cher, ce sont les fondations qui sont sur des pieux en béton, enfoncés très profondément car nous sommes sur un terrain sablonneux. Et puis il y a la toiture, en raison du style imposé et la hauteur du faîtage à neuf mètres. La ville du Touquet finance 50% et les autres 50% sont répartis entre la Région, le Département, la Cohésion sociale, (ex-Jeunesse et Sport), le fonds Eperon et le Fonds commun des courses. Notre but est aussi de créer une pépinière d’entreprises équestres, avec vétérinaires, maréchal-ferrant, ostéopathe et dentiste équins. Nous avons aussi en projet d’accueillir des entraîneurs de chevaux de course ; il y aura une piste de galop en sable pour le pré-entraînement. Notre intention est de faire monter en gamme les courses. Il est évident que ces investissements doivent servir après avoir été la base arrière des JO.”

Le parcours de cross international est à l’intérieur des 20 hectares du champ de courses et autour des carrières de saut du parc de la Canche.

Il est long de 4 000 m, 32 efforts, 24 obstacles, certains sont modulables. Des contacts avec plusieurs équipes internationales sont déjà pris. Une trentaine de cavaliers viendront s’entraîner, les premiers arrivant dès le printemps prochain. Ceux-ci se déplacent avec leurs équipes, ce qui est bon pour l’économie locale et le tourisme. L’aéroport international est un plus, car ce sont des avions de ligne qui y atterrissent et décollent. Le centenaire du Touquet en 2012 sera célébré avec un concours de saut d’obstacles international trois-étoiles, les 4, 5 et 6 mai.

Plus proche sur le calendrier, le concours poneys de la Tournée des as se déroulera les 29, 30, 31 octobre et 1er novembre. A moins de trois semaines de l’événement, il y a déjà 2 300 engagés. Le chiffre d’affaires estimé pour la ville avoisinera les 450 000 euros.

L’avenir du Parc équestre est tracé sur la voie du succès.