Un site de vente en ligne surfe sur un nouveau concept

Tora et Ryu :“la mode pratique des bébés chic”

Publié dans l'édition Nord N. 8390 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Il y a quatre ans, Delphine Meert était encore visiteuse médicale pour un grand groupe pharmaceutique. Un métier qui la passionnait, mais au sein duquel elle aurait aimé évoluer autrement. “J’étais souvent sur les routes, ce qui commençait à être contraignant. De plus, ma formation initiale en arts plastiques m’avait amenée à m’intéresser tout autant au design des produits que je présentais, qu’à leur packaging. J’aurais souhaité me tourner vers le marketing, quitte à me former. Mais ce n’était pas dans les projets de mon entreprise. J’ai donc profité de mon congé maternité pour négocier mon départ et tenter une nouvelle aventure.

Gestion et couture. Jeune maman, Delphine Meert se lance en parallèle dans des études de marché. “Je cherchais la niche. Mais c’est en consultant les forums de discussion consacrés aux bébés que j’ai eu l’idée de ces vêtements un peu différents.” En effet, nombre de mamans se plaignent du manque de confort de certaines layettes et des accessoires de puériculture qu’elles manipulent quotidiennement. Mais la remarque récurrente concerne les irritations causées par des étiquettes souvent trop rigides et en contact direct avec la peau de bébé. “J’avais trouvé mon créneau. Dès lors, j’ai pu commencer à travailler à la mise en oeuvre de mon projet.” Pendant des mois, la jeune femme se forme à la gestion d’entreprise et apprend la couture. Dotée d’un joli coup de crayon, elle dessine les modèles qu’elle souhaite créer et les mascottes de la marque : un tigre et un dragon qu’elle baptise Tora et Ryu, du nom qu’elle désire donner à son entreprise. “J’aime l’univers zen, le calme et la beauté des jardins japonais. En revanche, je n’ai pas conçu mes vêtements selon cette inspiration.”

Made in Portugal. Outre leur côté pratique (les fameuses étiquettes ont été placées à des endroits stratégiques, où elles ne risquent pas de gêner l’enfant, ndlr), les vêtements de la marque sont sobres, taillés dans des matières nobles et/ou écologiques : jersey de coton, velours biologique, laine “baby confort”, cachemire et velours de bambou. “J’aurais voulu produire ces vêtements en France, de préférence dans la région. Mais je me suis heurtée aux contraintes des fournisseurs qui ne pouvaient travailler que sur de grandes quantités. Or, pour me lancer, je ne pouvais pas me permettre d’avoir trop de stock.” Delphine Meert s’est donc tournée vers le Portugal et a lancé sa collection automne/hiver avec plusieurs centaines de pièces tout de même : gigoteuses modulables qui permettent d’installer bébé dans son siège auto sans le sortir de son duvet, pyjamas, tee-shirts et blousons élégants, bodies aux finitions soignées, capes et peignoirs de bain, sans oublier les accessoires tels que les bavoirs. “La gamme de prix est suffisamment étendue pour permettre à chacun d’y trouver son compte. Je vise notamment les cadeaux de naissance.” Enfin, tous les articles, uniquement commercialisés sur Internet, sont livrés dans des sacs en coton biologique aux couleurs de la marque.

Beau et bio.Je voulais rester dans un esprit bio. Je ne souhaitais donc pas multiplier les emballages. Ces petits sacs peuvent être réutilisés pour ranger les petites affaires de bébé, laver les chaussettes, etc.”, poursuit Delphine Meert, avançant un autre argument marketing : “J’ai également remplacé toutes les étiquettes cartonnées par des petites cuillères en plastique, également floquées Tora et Ryu. Tous les parents savent à quel point les cuillères sont utiles : on n’en a jamais assez…

Commercialisée depuis juillet, la première collection de Tora et Ryu décline au choix des couleurs naturelles et les teintes flamboyantes de l’automne. La collection printemps/été 2012 proposera, quant à elle, d’autres coloris, toujours dans un même esprit “chic et pratique”.