Les Maires du Nord et EDF collectivités signent une convention

Mieux conseiller les élusen économies d’énergie

Publié dans l'édition Nord N. 8420 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Patrick Masclet (à gauche) et Cédric Lewandowski signent la convention au siège d’EDF collectivités.

Patrick Masclet (à gauche) et Cédric Lewandowski signent la convention au siège d’EDF collectivités.

Patrick Masclet, président de l’Association des maires du Nord (AMN), et Cédric Lewandowski, directeur d’EDF collectivités, veulent coopérer et faire connaître aux maires du département des références en matière d’efficacité énergétique pour leurs bâtiments, les écoquartiers, etc. Quand on dit efficacité, il faut bien sûr comprendre économies et compétence croissante dans le choix de projets énergétiques judicieux, comme dans la gestion quotidienne, les perspectives de développement des réseaux, etc. Une convention a donc été signée entre le président et le directeur. Elle délimite l’action d’EDF auprès des élus de terrain, qui va intensifier les visites de sites exemplaires, les interventions d’experts et amplifier la communication auprès des maires de l’AMN.

Des actions de terrain. Tout ne part pas de zéro, il existe déjà un vécu de ce type de collaboration dans le département. Un diagnostic éclairage a eu lieu à Condé-sur-l’Escaut en identifiant les pistes d’économies d’énergie possibles, le montant des travaux et les gains en consommation estimés. A Denain, des relevés de consommation ont été faits. C’est-à-dire que des diagnostics ont été réalisés pour connaître, pour plusieurs bâtiments, la courbe de consommation précise. Cela est passé par la pose d’enregistreurs et l’analyse des données relevées pendant une durée de trois semaines. Ainsi sont identifiées les actions pertinentes en maîtrise d’énergie. Autre exemple, cette fois à Saint-Amand-les- Eaux, pour la construction du futur centre nautique : un diagnostic énergétique d’EDF a permis de conforter le choix d’une solution géothermique pour le chauffage de l’eau et le traitement de l’air, et donc d’optimiser les caractéristiques techniques des bâtiments.
Par ailleurs, EDF travaille avec plusieurs Centres communaux d’action sociale du Nord pour traiter les situations des familles en grande précarité, conseiller sur la maîtrise d’énergie et permettre à un maximum d’ayants droit de bénéficier des tarifs sociaux proposés par EDF. A chaque situation,une solution immédiate de paiement est étudiée. Avec de la prévention et un guidage des personnes vers des dispositifs sociaux qui peuvent déboucher sur des aides financières. Pendant ces démarches, le client bénéficie du maintien de l’électricité à la puissance souscrite. Ce type de convention fait l’objet d’un suivi entre les CCAS concernés et les conseillers “solidarité” d’EDF dans les régions. Après Lens, Dunkerque et Roubaix, EDF a engagé en 2011 un partenariat avec la ville de Lille.

EDF s’engage. Cette convention plus spécifique entre l’AMN et EDF collectivités est justifiée par un contexte énergétique en grande évolution. Sept domaines d’intervention sont visés : la connaissance du cadre législatif et réglementaire de la maîtrise d’énergie ; les démarches d’efficacité dans les bâtiments publics, les équipements techniques des communes et l’éclairage public ; la lutte contre la précarité énergétique ; le recours aux énergies renouvelables lors de nouveaux projets ; les rénovations de bâtiments ; les écoquartiers ; le transport électrique.
Pour sa part, EDF collectivités tient à honorer trois engagements majeurs. D’abord, la proximité, à savoir que chaque commune du Nord puisse avoir un interlocuteur d’EDF. Ensuite, le service public sous l’aspect de la solidarité envers les personnes en situation de précarité énergétique : “une urgence et une absolue nécessité” puisque “la crise est durable, déclare M. Lewandowski, et le coût de l’énergie va augmenter”. Une équipe solidarité EDF y est dédiée mais le directeur estime que dans ce domaine “on peut aller plus loin”… Enfin, l’expertise et l’innovation car “la maîtrise énergétique est d’une très grande complexité sur le plan technique”, estime-t-il.

La pédagogie de l’exemple”. Patrick Masclet retient en premier lieu l’aspect proximité, les maires étant effectivement les premiers témoins de la précarité, demandant qu’un vrai plan Marshall soit mis en place. Rappelant aussi que 30% des budgets sont affectés au seul chauffage non compris le transport. “Donc, les élus que nous sommes, précise Patrick Masclet, sont très préoccupés par la nécessité de maintenir un mieux-vivre ensemble.” A cela s’ajoutent des problèmes juridiques de libertés individuelles examinés avec la Cnil, au moment d’alertes d’EDF. “Mais les élus locaux s’organisent mieux aujourd’hui à travers les Scot, reconnaît le président, l’aspect profondément social du sujet est reconnu et traité. Je m’en réjouis.”
Le second point abordé par Patrick Masclet concerne l’affichage des consommations dans les collectivités. “Il nous faut la pédagogie de l’exemple, demande-t-il. Oui on peut changer ses consommations mais les élus locaux sont des généralistes, il faut une expertise de nature à leur faire comprendre les enjeux. Pour les transports, il faut impulser cet exemple de transport à nouveau mode électrique en commençant par nous-mêmes. Il y a encore beaucoup de pistes à explorer ! La mise en service de l’éclairage public est un véritable problème. On a dit plusieurs choses… On a parlé de ce compteur qui est une très bonne idée et nous simplifierait la vie. Mais l’idée est-elle abandonnée ? Dans un contexte d’énergie plus en plus chère aujourd’hui, on aimerait voir une régulation mise à notre disposition. Pourquoi pas un jour des systèmes de pilotage avec, par exemple, des armoires ?” Message reçu par M. Lewandowski qui répond qu’en ce moment même, EDF est en train d’expérimenter d’autres solutions que le Smart Grid.