Une nouvelle session Boutic démarre sur le Ternois

Continuer de sensibiliser le tissu économique aux TIC

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8485 par

Impulsé par le Pays du Ternois depuis un peu plus d’une année, le programme Boutic suit son cours. Plus de 100 chefs d’entreprise ont déjà participé à ces ateliers d’initiation à l’informatique et aux nouvelles technologies.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Le dispositif Boutic fait sa rentrée sur le Pays du Ternois.

Tous les corps de métier ont de plus en plus recours à l’outil informatique et cette situation va se vérifier plus encore à l’avenir. Les nouvelles technologies sont devenues incontournables.” C’est en ces termes que Claude Bachelet, président du Pays du Ternois (territoire regroupant 104 communes, 5 intercommunalités, pour un poids démographique de 38 000 habitants, ndlr), a introduit la présentation de cette 4e session du dispositif Boutic. Appliqué depuis le printemps 2011, ce programme, décidé par le conseil régional du Nord-Pas-de- Calais, est accessible gratuitement. Il vise à développer, en zone rurale, l’activité économique grâce à Internet et, en conséquence, à démocratiser l’usage des nouvelles technologies et des ordinateurs, par l’ensemble du tissu économique. Ainsi, sa finalité est de porter à la connaissance des dirigeants locaux les potentialités offertes par les TIC et les conditions de leur mise en oeuvre. Ce choix est guidé par deux constats : l’Internet représente un moyen grandissant de communication utilisé par les ménages et, parallèlement, le commerce par ce biais a explosé au cours de ces dernières années.

D.R.

Au total, une quinzaine d’ateliers de sensibilisation sont proposés.

Initier les dirigeants en attente. Deux sessions se déroulent chaque année et le succès remporté par le dispositif lors du premier exercice a conforté les élus dans le choix d’offrir ce service. Lors du premier semestre 2012, la tendance s’est vérifiée et les chefs d’entreprise ont répondu présent en masse, n’hésitant pas à prendre part aux séances d’initiation se déroulant dans les quatre cybercentres que compte le Pays du Ternois, situés sur les communes de Pernesen- Artois, Saint-Pol-sur-Ternoise, Auxi-le- Château et Frévent. Beaucoup fréquentés par des agriculteurs au départ, les choses se sont ensuite rééquilibrées et on recense désormais des participants évoluant dans des secteurs d’activité variés, du commerce au tourisme, en passant par l’artisanat et les services.
Les interventions ont lieu par petits groupes. Les animateurs sont chargés de décliner les différents thèmes. Cela va du maniement d’outils de bureautique, à l’intérêt d’employer les moteurs de recherche… Il s’agit uniquement d’introduire ces sujets, ensuite des formations plus pointues sont dispensées par les chambres consulaires. Nous constituons en quelque sorte l’étape intermédiaire, nous mettons le pied à l’étrier et nous permettons à nos chefs d’entreprise d’acquérir de bonnes bases pour aller plus loin dans l’appropriation de ces outils multimédias. Nous avons répondu à un réelle attente”, souligne Delphine Capelle, chargée de mission au sein du Pays du Ternois.

Tendre vers des ateliers à la demande. Au total, une quinzaine d’ateliers de sensibilisation, déclinés sur une cinquantaine de dates, sont proposés aux participants et progressivement des séances à la demande sont planifiées. Ces dernières portent notamment sur la manière d’appréhender Internet, la création d’un site, le e-commerce… “De nombreuses interrogations concernent l’intérêt pour une entreprise de se doter de son propre site web. Le sujet apparemment retient l’attention des acteurs économiques. Les interventions se veulent très pédagogiques, l’animateur explique ce qu’il faut y trouver et surtout les écueils à éviter lors de sa réalisation. Ainsi, il répond à de multiples questions telles que comment lire un devis, comment booster les ventes grâce à Internet, comment rédiger son cahier des charges”, constate Delphine Capelle.
Autre aspect qui ressort de cette expérience, ces ateliers favorisent les rencontres entre des dirigeants, ils peuvent échanger sur des problématiques communes et abordent le cas échéant des projets à mener en commun. Cette 4e session démarrera dans les jours prochains et s’achèvera en décembre. Du côté du Pays du Ternois, on a lancé la campagne de communication sur le sujet. Pourtant, 2013 marquera la dernière année de ce dispositif et les deux dernières sessions qui démarreront respectivement en février et à l’automne. Ce sera sans doute l’occasion d’aller encore plus loin dans les séances à la demande, tout en continuant de proposer des plages horaires s’adressant aux débutants. Enfin, au-delà de ce 3e exercice, il n’est pas exclu que ce programme soit ensuite poursuivi sous une autre forme si, bien entendu, la demande existe.