Les clubs de dirigeants dans la région

Entrer dans la dynamique des réseaux d’entreprises

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8481 par

La CCI Artois a organisé récemment le 1er Forum des clubs d’entreprises artésiens en présence de Philippe Vasseur, prés

 

L’ensemble des clubs d’entreprises artésiens lors du 1er Forum des clubs d’entreprises artésiens, en présence de Philippe Vasseur, président de la CCI Nord de France, et d’Edouard Magnaval, président de la CCI Artois.

L’ensemble des clubs d’entreprises artésiens lors du 1er Forum des clubs d’entreprises artésiens, en présence de Philippe Vasseur, président de la CCI Nord de France, et d’Edouard Magnaval, président de la CCI Artois.

Rencontre avec Thierry Lowys, responsable du service “mise en réseaux des entreprises” au sein de la CCI Artois, organisateur du 1er Forum des clubs d’entreprises artésiens et qui possède une connaissance reconnue des clubs d’entreprises.

La Gazette. Comment expliquez- vous la réussite de ce forum et, par conséquent, le dynamisme des clubs d’entreprises ?
Thierry Lowys. Nous n’avons pas la prétention de tout connaître dans ce domaine. Il y a un contexte de priorité sur le territoire de l’Artois, le président Edouard Magnaval s’étant beaucoup investi dans la mise en oeuvre de réseaux d’entreprises. Fort de sa conviction dans ce domaine, il en a fait une de ses priorités en tant que président de la CCI de Lens puis de l’Artois en mettant en place un service dédié à cette mission. Ce sujet est également d’actualité au sein du réseau national des CCI où plusieurs chambres régionales et/ou territoriales intègrent dans leur stratégie d’accompagnement des entreprises le développement des réseaux d’entreprises. Un groupe technique national, auquel nous participons aux travaux au titre de la CCI de région, a été initié pour développer les échanges de bonnes pratiques entre CCI. Nous savons qu’il y a une forte attente et un besoin des dirigeants dans ce domaine. De nombreux collègues travaillent d’ailleurs sur le développement de clubs d’entreprises dans les CCI ou d’autres organisations professionnelles.

Pouvez-vous définir une sorte de typologie des clubs d’entreprises ?
On peut les répartir très sommairement en trois grandes catégories. Le club “géographique” regroupe les entreprises implantées sur un même parc d’activité ou très proches géographiquement. Il permet aux dirigeants de s’unir pour traiter collectivement des problématiques liées à leur environnement immédiat (signalétique voierie, services aux salariés, etc.), et donc très importantes pour la vie au quotidien des salariés de l’entreprise. Le club “thématique” réunit des dirigeants autour très souvent d’une passion sportive comme le rugby, le golf, le football, etc. Le club “stratégie/management d’entreprise” est plus orienté formation/développement personnel des dirigeants et appartient bien souvent à une organisation régionale, voire nationale ou au-delà. Naturellement, on observe que chaque club d’entreprises a des spécificités et des pratiques qu’il ne nous appartient pas de juger, et c’est bien ainsi. Ils fédèrent et génèrent des échanges entre dirigeants et cadres d’entreprise, c’est là l’essentiel à nos yeux.

Quel peut être le rôle d’une organisation telle que la vôtre ou autre auprès de ces clubs ?
Vous comprendrez que je ne peux que m’exprimer pour la CCI Artois, mais je pense qu’on doit pouvoir retrouver la même approche dans d’autres organisations professionnelles. La CCI Artois, tout en préservant l’identité et l’autonomie des clubs, aide et accompagne chacun de ses clubs selon leurs besoins et leurs demandes lorsqu’il est possible d’y répondre.
Deux raisons essentielles à cela. Chacun dans ses spécif icités, les clubs apportent de vrais services à leurs adhérents, à commencer par rompre l’isolement bien connu du chef d’entreprise. Ils permettent également de développer les échanges de bonnes pratiques, de favoriser les courants d’affaires de proximité, de mutualiser certains postes d’achat, d’être collectivement à l’initiative de la création d’infrastructures facilitant le bien-être des salariés (crèche et conciergerie d’entreprise, restauration collective), de représenter une force collective – l’union faisant la force – pour une meilleure écoute des acteurs publics.
Les clubs d’entreprises représentent également des relais terrains très importants pour les chambres de commerce et d’industrie car ils permettent cette proximité incontournable avec les dirigeants d’entreprise.
Par exemple, la CCI Côte d’Opale a une approche très volontariste dans le développement de clubs d’entreprises par zone d’activité, qui a une vraie pertinence par rapport aux besoins de son territoire. Lille est une grande métropole. On y trouve donc toutes les typologies possibles de clubs d’entreprises autour de la CCI et des grandes organisations professionnelles.

Pour revenir à La CCI Artois, envisagez un autre forum ou une autre initiative ?
Il est certain qu’Edouard Magnaval souhaite que le développement des clubs d’entreprises devienne une des priorités de la CCI Nord de France. Philippe Vasseur, président de la CCI Nord de France, s’est également montré très réceptif et a même évoqué l’idée “d’une région porteuse de réseau”. C’est une dynamique qui existe, il me semble que c’est notre rôle de l’accompagner, il convient de la renforcer d’une façon ou d’une autre et surtout de la coordonner sur le plan régional. La CCI Artois est bien entendu disposée à partager son expérience dans ce domaine.