ICE s’installe en zone Marcel-Doret

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8481 par

  Un cabinet de consul t ing à Calais ? “On a compris pourquoi il n’y en avait pas quand on s’est installés en 2005. Mais on a tenu. Parce qu’on croit dans ce territoire” sourit Monique Lassalle, cogérante avec Jorge Goncalves, du cabinet de conseil et de consulting Itinéraire conseil entreprises (ICE). Sept ans […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Signature de l’acte de vente du foncier entre ICE et Cap Calaisis.

Signature de l’acte de vente du foncier entre ICE et Cap Calaisis.

Un cabinet de consul t ing à Calais ? “On a compris pourquoi il n’y en avait pas quand on s’est installés en 2005. Mais on a tenu. Parce qu’on croit dans ce territoire” sourit Monique Lassalle, cogérante avec Jorge Goncalves, du cabinet de conseil et de consulting Itinéraire conseil entreprises (ICE). Sept ans plus tard, ils sont trois et développent leurs plan de charge en et hors région. Au point d’envisager depuis 2010 un projet immobilier : “nous sommes au service des entreprises. Donc, nous sommes allés au milieu d’un des endroits où elles travaillent. La zone Marcel-Doret bénéficie d’accès autoroutiers idéaux”, explique Jorge Goncalvés. ICE s’est positionné en septembre 2011 sur l’offre foncière de Cap Calaisis, propriétaire des terrains situés en zone franche urbaine récemment élargie. Sur 1 080 m², les dirigeants d’ICE font construire un bâtiment de 210 m², “de l’open space, des bureaux et de quoi assurer des formations dans le management, le développement de la personne, la communication, la gestion de projet” explique Jorge Goncalvés. L’investissement (foncier/immobilier) atteint 350 000 euros. Les travaux doivent durer moins de six mois. Viendra le déménagement au printemps et la phase de recrutement. Pour bénéficier des allégements de charges et des exonérations fiscales, l’entreprise doit créer trois emplois dans les trois ans, dont un dédié à une personne résidant dans le quartier. “On sait que ce n’est pas facile dans nos métiers mais on est partenaire de Face qui dispose d’un vivier important”, plaide Monique Lassalle. Plus important, “l’effet indirect de nos interventions en entreprise montre qu’elles semblent se porter mieux car elles embauchent”, conclut Jorge Goncalvés.