La Belgique ne poursuit pas assez la corruption internationale

Publié dans l'édition Nord N. 8482 par

L’ONG Transparency International juge la Belgique mal dotée en termes de ressources judiciaires appropriées à la corruption internationale des entreprises. Le nombre de poursuites judiciaires contre les entreprises qui versent des pots-de-vin à l’étranger est en augmentation dans les pays exportateurs sauf en Belgique. D’autre part, l’ONG anti-corruption indique dans son rapport que ni la […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’ONG Transparency International juge la Belgique mal dotée en termes de ressources judiciaires appropriées à la corruption internationale des entreprises. Le nombre de poursuites judiciaires contre les entreprises qui versent des pots-de-vin à l’étranger est en augmentation dans les pays exportateurs sauf en Belgique. D’autre part, l’ONG anti-corruption indique dans son rapport que ni la justice ni la police ne disposaient de moyens suffisants pour lutter contre la criminalité économique et financière. Signataire d’une convention OCDE relative à la lutte contre la corruption, la Belgique n’a pas condamné la moindre entreprise depuis de nombreuses années. A titre de comparaison, les Etats-Unis ont conclu 275 affaires fin 2011 contre 1 176 pour l’Allemagne.