Comment et pourquoi entreprennent-ils ?

Les autodidactes s’estiment plus entreprenants !

Publié dans l'édition Nord N. 8480 par

Moins vous fréquentez les grandes écoles et plus vous conservez d’énergie, d’envie et de témérité. Pascal Boulanger et Abdelhouab Belarbi ont tous deux été lauréat ou nominé des Victoires des autodidactes. Mais il y a bien d’autres points sur lesquels ils se rejoignent quand il s’agit de revenir sur leurs parcours d’entrepreneurs.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Pascal Boulanger à la tête d’un puissant groupe immobilier.

Pascal Boulanger à la tête d’un puissant groupe immobilier.

Tous deux se grattent pensivement le front… Non, franchement, ils ne voient pas beaucoup de grandes différences entre un chef d’entreprise autodidacte et un autre sorti des grandes écoles ou de l’université. A part cette “petite chose des tout débuts”, quand l’énergie créatrice a dû suppléer l’absence de formation diplômante. Pascal Boulanger a créé un très important groupe immobilier à huit directions régionales et, dans son Douaisis natal, Abdelhouab Belarbi a brillamment monté Phydro, entreprise de pointe dédiée à la mécanique générale lourde, avant de créer un holding régional et à l’export, dans la même activité d’ingénierie de la pièce à usiner.

Le goût du risque. Pascal Boulanger remarque que peu d’autodidactes le sont à 100%. “Je suis maître en droit, j’ai mes diplômes mais je ne les ai pas obtenus par la filière habituelle. Donc, pour tout le reste je ne ressens pas vraiment de différences.” Si, quand même : “J’ai commencé à travailler très tôt et j’ai continué en dehors des chemins classiques. C’est une particularité de l’autodidacte de s’être retroussé les manches avant les autres et cela lui donne confiance en soi et goût de la bagarre pour la vie. Donc, la qualité primordiale qui fait des autodidactes des entrepreneurs peut-être plus volontaires et risque-tout, c’est ça : le goût du risque, sentir certaines situations et savoir réagir à l’instant ! Je crois qu’on crée pour les mêmes raisons que les autres mais avec cette volonté démultipliée et cette réactivité dans les moments difficiles.
Pour le reste, l’autodidacte appartient pleinement à la communauté des entrepreneurs. “On se retrouve avec les amis, on ne parle pas de l’autodidacte. Nous sommes rentrés dans le moule car seules comptent nos qualités et nos compétences, seule notre valeur est prise en considération.” Pascal Boulanger concède néanmoins quelques bémols : “Peut-être est-on ressenti comme plus ‘brut’, vrai, authentique. En retour je veux donner envie de travailler avec moi et qu’on reste soi-même.” Il dit à ses trois enfants que les diplômes, il en faut le plus possible dans la société actuelle, mais “que cela ne garantit rien. Il faut bien se connaître surtout et avoir envie d’être heureux dans tout ce que l’on fait”.

Capital sympathie”, mais… Abdelhouab Belarbi pourrait cosigner tous les propos de Pascal Boulanger, mais lui a dû mener des combats supplémentaires. Il a réussi à éviter la mine d’Abscon, a tiré totalement profit de son long apprentissage chez Usinor et surtout est parvenu à transformer tous les obstacles – et il y en a eu en 1962 ! – en victoires. Le voilà actif à la retraite avec deux nouvelles entreprises sur les bras via son holding, une carrière annexe de juge au tribunal des prud’hommes et de conseiller au tribunal de commerce de Douai. Nominé en 1995 à la Victoire des autodidactes, il avoue ne plus beaucoup penser à ses débuts. “Les diplômes ? Je voulais les avoir pour prouver mes capacités à pas mal de gens. Mais quand on n’a pas le choix… Alors, l’idée de monter sa société vient très vite dans ces conditions. Et tout aussi vite on sent si on a cet esprit d’entreprendre. C’est ce qui fait qu’on gagne généralement ce pari.” Et de poursuivre : “Oui, l’autodidacte bénéficie d’un capital sympathie, même parmi le personnel. Mais attention : on peut vous reprocher, dans le dos, de n’être finalement devenu qu’un patron comme les autres…” L’aventure de l’autodidacte a aussi la particularité de permettre une double valorisation, humaine et personnelle. Les compétences ne souffrent pas du chemin tortueux qui mène aux diplômes tardifs : “Il faut distinguer dans les compétences. Celles qui sont en rapport avec le travail, pas de problème ! Mais quand vous prétendez à certaines fonctions honorifiques ou consulaires, on vous fait comprendre que ce n’est quand même pas votre place. Il reste de la place dans notre économie pour l’autodidacte, il faut le dire aux jeunes. Malheureusement ils ne connaissent pas assez l’entreprise.