Les forges sont mortes

Publié dans l'édition Nord N. 8482 par

Les Forges de Clabecq sont éteintes depuis 2001. Une décennie plus tard, leur dernier haut-fourneau a été détruit récemment par le sidérurgiste Duferco. Le prestataire choisi, l’Italien Despe, avait pensé à une démolition à l’explosif avant de préférer les opérations de cisaillement de la base du four, puis un renversement à l’aide de vérins. Le […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les Forges de Clabecq sont éteintes depuis 2001. Une décennie plus tard, leur dernier haut-fourneau a été détruit récemment par le sidérurgiste Duferco. Le prestataire choisi, l’Italien Despe, avait pensé à une démolition à l’explosif avant de préférer les opérations de cisaillement de la base du four, puis un renversement à l’aide de vérins. Le site forme un espace de 87 hectares qui est destiné à l’habitat et à de nouvelles activités. Seuls resteront un petit four, un château d’eau et quelques vestiges d’une époque où l’industrie perdurait depuis le XVIIIe siècle.