Dans les coulisses d’Histoires & Rêves d’Artois

Une vraie aventure humaine

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8479 par

Philippe Salomé, président d’Anzin culture nature, l’association organisatrice du son et lumière “Histoires & Rêves d’Artois”, a pris plaisir avec Dominique Martens, créateur du spectacle, auteur et metteur en scène, à présenter l’envers du décor de ce spectacle qui retrouve l’écrin du parc d’Immercourt à Saint-Laurent-Blangy pour six représentations les vendredis et samedis 31 août-1er […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Lors de la présentation, de gauche à droite, Nicolas Desfachelle, conseiller général d’Arras-Nord, Philippe Salomé, président d’Anzin culture nature, et Dominique Martens, créateur du spectacle, auteur et metteur en scène.

Lors de la présentation, de gauche à droite, Nicolas Desfachelle, conseiller général d’Arras-Nord, Philippe Salomé, président d’Anzin culture nature, et Dominique Martens, créateur du spectacle, auteur et metteur en scène.

La tribune a une capacité de 1 844 places, nombre de spectateurs maximum par soirée.

La tribune a une capacité de 1 844 places, nombre de spectateurs maximum par soirée.

Philippe Salomé, président d’Anzin culture nature, l’association organisatrice du son et lumière “Histoires & Rêves d’Artois”, a pris plaisir avec Dominique Martens, créateur du spectacle, auteur et metteur en scène, à présenter l’envers du décor de ce spectacle qui retrouve l’écrin du parc d’Immercourt à Saint-Laurent-Blangy pour six représentations les vendredis et samedis 31 août-1er septembre, 7-8 et 14-15 septembre. Ce 14e son et lumière, grand spectacle riche en émotions, va de nouveau enthousiasmer le public.
Une aventure humaine extraordinaire.
Pour les spectateurs, il est difficile d’imaginer ce que représente cette extraordinaire aventure humaine : “Il y a ce que l’on voit… et tout ce que l’on ne voit pas.” En effet, 750 bénévoles (50% de moins de 30 ans) se mobilisent pour présenter une fresque historique, avec près de 400 figurants (200 de moins de 18 ans) qui porteront jusqu’à 3 000 costumes et joueront quatre à cinq rôles chaque soir pour 1 800 spectateurs.
Si on imagine que des scènes ont été supprimées, d’autres rajoutées ou modifiées, qu’il y a toujours des changements de figurants par rapport à l’année précédente, que les acteurs en herbe changent de taille tous les ans, que les couturières doivent entretenir 3 000 costumes et en ont créé 100 nouveaux, que Dominique Martens n’hésite pas à renouveler tous les ans les tableaux et les textes, les chorégraphies, les projections et les lumières, et à surprendre, etc., on ne peut qu’être admiratif devant la performance !
Toujours des nouveautés. Le mur d’eau géant de 10 m sur 30 m, sur lequel sont projetées des images, était une nouveauté 2011, mais son intégration dans le spectacle sera plus forte et plus impressionnante encore. Elle contribuera, à n’en pas douter, à la nouvelle réussite de cette saison. “La technologie est au service de l’homme” : c’est ainsi qu’une centaine de costumes seront équipés de petites ampoules led qui seront pilotées à distance. Le public ne s’y trompe pas, près de 6 700 places sont déjà réservées…