Une initiative du groupe Générale de santé

Création de l’Institut de cancérologie Lille Métropole

Publié dans l'édition Nord N. 8490 par

Hôpital de référence répondant à un besoin territorial reposant sur une population de plus de 1 400 000 habitants, l’Hôpital privé de Villeneuved’Ascq est issu du regroupement de la Clinique du parc à Croix et de la maternité Cotteel, deux établissements que le groupe Générale de santé a souhaité réunir dans un “outil de travail neuf et d’exception” à la hauteur des 67 M€ qui y ont été investis, dont 3 M€ d’équipement.

 

D.R.

Lors de l’inauguration.

Dé v e l o p p a n t 21 416 m2 de s u r face, c e nouvel établissement a une capacité d’accueil de 225 lits et places et assure une prise en charge pluridisciplinaire articulée entre deux centres d’expertise – chirurgie orthopédique et chirurgie vasculaire – et quatre filières de soins : gynécologique/obstétrique avec le pôle parents/enfants, cancérologie, cardiovasculaire et digestive. Il ambitionne d’accueillir 20 000 patients et d’assurer 30 000 consultations médicales et 2 000 naissances, chiffre qui devrait passer à terme à 2 800, ce qui en ferait la première maternité privée de la région.

Deux hôpitaux pour une prise en charge améliorée. Pour développer une filière cancérologique de pointe et s’inscrire dans une complémentarité non seulement géographique mais aussi de soins, l’Hôpital privé de Villeneuved’Ascq sera l’une des deux composantes, avec l’hôpital privé de La Louvière à Lille avec lequel il constitue le pôle Lille métropole de la Générale de santé, de l’Institut de cancérologie Lille métropole dont Pascal Roché, directeur général du groupe, a annoncé la création à ses nombreux invités, parmi lesquels Daniel Lenoir, directeur général de l’Agence régionale de santé Nord-Pasde- Calais, et Gérard Caudron, maire de Villeneuve-d’Ascq. La création de cet institut s’inscrit dans le cadre du deuxième plan cancer initié par le groupe pour la période 2012- 2017. Présenté mi-septembre, il débouchera pour la Générale de santé sur la création de quatre instituts dédiés à Paris, Lyon, Marseille et Lille. Un plan qui entend apporter des réponses à cette maladie devenue en 2010 première cause de mortalité en France et pour laquelle la région est lanterne rouge. L’objectif de ce centre est bien sûr de proposer une offre de soins complète, mais aussi un véritable projet d’accompagnement personnalisé du patient et de ses proches en simplifiant le parcours de soin. L’une des innovations de cet institut porte sur son organisation fluidifiée et facilitée grâce à la mise en place de trois acteurs clefs que sont la coordinatrice des parcours de soins (infirmière joignable sur un numéro vert, facilitatrice de l’accès à tous les traitements offerts dans les deux établissements et accompagnante des patients à tous les stades de la maladie), l’assistante de cancérologie qui apporte un soutien organisationnel aux acteurs de la filière, et l’attaché de recherche clinique dont la charge est d’organiser et promouvoir les essais thérapeutiques pour aider l’accès des patients aux traitements les plus innovants. Au final, ce sont quelque 10 M€ que le groupe investira sur cinq années dans cette création tant en personnel qu’en aménagements et matériel.

Développement dans le sport. Trois mois après son ouverture le 26 juin dans le quartier du Recueil,l’Hôpital privé de Villeneuve- d’Ascq a été officiellement inauguré le 27 septembre. L’occasion de mettre en avant le nouvel Institut de cancérologie et la prochaine création d’un pole santé dédié au bien-être en partenariat avec le GIE Grand Stade. En effet, prof itant de son passage dans le Nord, Pascal Roché n’a pas manqué, mais sans en dévoiler le contenu, de rappeler le partenariat engagé avec le GIE Grand Stade, via Dynamis, filiale du groupe spécialisée en dépendance temporaire (soins de suite et de réadaptation pour sportifs de haut niveau notamment), en vue de la construction d’un pôle santé dédié au bien-être. “Sport et santé sont intimement liés”, a-t-il indiqué dans son discours d’inauguration. Il faudra attendre quelques semaines encore pour en savoir davantage sur ce nouveau concept appelé à essaimer à travers la France.