AD flowers a ouvert ses portes dans la cité de Buridan

“Un coup de coeur pour Béthune !”

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8487 par

AD flowers s’est installée depuis quelques mois à Béthune. Alexandre Debove souhaite faire de son enseigne un lieu d’expression où se mêlent surprise, créativité et innovation.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Alexandre Debove a eu un coup de coeur pour Béthune et il a souhaité y concrétiser son projet de création d’entreprise.

Fleuriste pendant plusieurs années sur la métropole lilloise, Alexandre Debove a choisi de quitter la capitale des Flandres pour s’implanter à Béthune, ville pour laquelle il a eu un coup de coeur et qui lui permet de se rapprocher de ses proches, comme il le confie : “Il existe une qualité de vie remarquable ici et un dynamisme commercial. On ressent une certaine convivialité. Je suis persuadé que Béthune va connaître dans les années qui viennent une évolution intéressante. Le potentiel de développement pour une activité telle que la mienne semble réel.”
A 25 ans, celui qui se définit comme indépendant et aimant appliquer ses idées en est à seconde expérience de création d’entreprise. La première s’est effectuée dans le cadre d’une association et pour la deuxième, le jeune homme a décidé de se lancer seul.
Les choses se sont déroulées rapidement. Ainsi, en quelques mois l’affaire était bouclée et AD flowers pouvait ouvrir ses portes dès la fin du printemps. L’intéressé se souvient des démarches : “J’ai rencontré une personne à la mairie qui m’a présenté un local. Situé en angle et disposant d’un linéaire de vitrines important, le bâtiment se trouvait dans le centreville, à proximité de la gare et non loin de la grand’place. Il s’étendait sur un 120 m², un espace propice à la création et la mise en place d’un showroom de choix. J’ai tout de suite été séduit.”
Alexandre Debove s’est parallèlement rapproché de la plateforme Artois initiative, qui lui a octroyé un prêt d’honneur. “Tout s’est passé très vite, la commission a étudié et validé ma demande rapidement”, précise- t-il.

Création éclair. En quelques semaines, il a su instaurer dans sa boutique une ambiance maison, à la fois lounge et cosy. Alexandre Debove avoue qu’il voulait proposer une sorte d’invitation au voyage, ériger un lieu où se mélangent un sentiment de bien-être et une envie de découverte. Est sorti de son imagination un univers où on décèle toutes sortes de matières, du végétal bien entendu, mais aussi du bois, du métal ou de l’eau. Le contraste entre l’intérieur et l’extérieur du magasin est à ce titre saisissant.
En clair, l’endroit a été taillé pour permettre à Alexandre Debove d’exprimer sa créativité.
Ce dernier n’utilise des produits naturels, qu’il s’agisse de fleurs coupées ou en pot. Sa méthode se veut singulière car il aime associer le client à la genèse de sa composition. “Je préfère travailler sous les yeux des gens et j’essaie de les faire participer à la réalisation de leur bouquet. Ainsi, chaque commande se veut quasi unique Je pense qu’en abordant les choses de cette façon, on peut renforcer le goût d’acheter des fleurs.
Particuliers, entreprises et collectivités, les débouchés que vise AD flowers sont nombreux et Alexandre Debove attache dans tous les cas une place prépondérante au conseil. “C’est une attente importante des clients. On peut prendre l’exemple d’un mariage. La mariée doit par exemple être en harmonie avec sa robe et son bouquet. Il faut trouver la bonne osmose. Les fleurs et les plantes doivent être le reflet d’une personnalité, d’un tempérament, d’un caractère”, souligne M. Debove.

Fibre environnementale. Homme de conviction, Alexandre Debove privilégie, autant que possible, les circuits courts pour s’approvisionner en matières premières. De même, il essaie de travailler les fleurs et plantes de saison. Pour tout ce qui concerne les essences qu’on ne peut trouver localement, il a recours au commerce équitable. Par ailleurs, il agrémente ses compositions par l’intermédiaire de poteries et vases originaux. Dans ce domaine, il a déniché des fournisseurs disposant de leurs propres designers.
Alexandre Debove conçoit son métier comme celui du prêt-àporter. Selon lui, il faut être à l’écoute des modes et des tendances et, surtout, il faut savoir anticiper. Il estime que cette conception de la profession lui permet de se démarquer de la concurrence : “L’objectif reste de repousser les limites de la création artistique florale et d’explorer de nouvelles possibilités. Des pays comme la Hollande figurent à la pointe dans ce domaine.”
Le jeune chef d’entreprise nourrit également d’autres projets. Ainsi, il envisage de rédiger un ouvrage sur les fleurs et les plantes et il prévoit d’animer des podiums sur ce thème.
Enfin, si la recette fonctionne, il souhaiterait ouvrir une boutique plus grande, qu’il verrait bien s’installer dans une demeure pittoresque. Ce lieu pourrait devenir un lieu d’expression ouvert aux créateurs floraux.