Noir sur Blanc Avocats

Fusion entre deux femmes de tête

Publié dans l'édition Nord N. 8510 par

Noir sur Blanc Avocats relève d’une passion commune de deux amies avocates. Après plus de 20 ans de barreau chacune, Me Régine Calzia et Me Martine Mespelaere ont décidé d’unir leurs compétences pour résoudre des problématiques de droit patrimonial liées à des situations familiales.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Me Martine Mespelaere et Me Régine Calzia ont créé Noir sur Blanc Avocats.

C’est l’histoire de deux femmes qui n’ont pas froid aux yeux, animées par une même volonté. C’est l’histoire de deux destins entremêlés depuis deux décennies, à l’origine d’une idée innovante dans le domaine du droit patrimonial et de la famille. Avec 23 ans de barreau chacune, Régine Calzia et Martine Mespelaere ont créé, dans le courant de l’année 2012, leur cabinet, Noir sur Blanc Avocats, implanté à Marcq-en-Barœul et constitué de huit personnes. L’année 1988 représente une période cruciale pour ces deux associées qui prêtent le serment d’avocat. Se croisant parfois sur des dossiers, chacune mène sa carrière, balayant l’ensemble des compétences du droit, en intervenant au conseil comme au contentieux. Elles accompagnent ainsi les professions libérales, artisans, commerçants, dirigeants, PME.

Des trajectoires complémentaires. Régine Calzia est titulaire d’une maîtrise en droit privé de l’université d’Aix-en-Provence, qu’elle complète deux ans plus tard par un diplôme de management. Lors de son parcours professionnel, elle intervient autant en droit civil qu’en droit social ou en droit des affaires. Forte d’une expérience au sein de la direction générale recherche et développement de la Commission européenne, où elle se consacre entièrement au droit civil des contrats au service «contrats d’étude», elle acquiert une maîtrise parfaite en prise directe avec les entreprises. Ce n’est qu’en 2000 qu’elle saisit l’opportunité de se spécialiser dans le droit de la famille avec l’approche du droit communautaire. Quant à Martine Mespelaere, après l’obtention d’une maîtrise de droit privé mention droit des affaires à Lille, et un troisième cycle en administration des entreprises, elle se forme pendant 17 ans dans un cabinet lillois en qualité de collaboratrice puis d’associée, avant de rejoindre en 2006 un cabinet groupé  et de cofonder, six ans plus tard, Noir sur Blanc Avocats. Si son activité dominante reste le droit bancaire, le droit commercial et le droit des affaires, elle met également à profit des compétences complémentaires telles que le droit de la famille et le droit de la propriété. Pour ces deux femmes ambitieuses, fusionner leurs compétences respectives était alors une évidence pour défendre une idée de leur métier dans un secteur où la rigidité est de rigueur. Puisant chacune dans leurs trajectoires qui se croisent et se superposent, elles font toutes deux le même constat : un manque de prise de conscience de la part des entrepreneurs quant à la gestion de leur patrimoine et du droit familial, d’où l’initiative de rapprocher ces deux domaines.

Un service innovant et nécessaire. Le fruit des différentes compétences réunies au sein de ce cabinet s’exprime au quotidien. Il s’agit pour ces deux avocates de conseiller au mieux leurs clients sur le mode de gestion et de structuration du patrimoine ainsi que sur la modalité de transmission. «Il faut apporter des réponses pour anticiper l’avenir afin que le patrimoine du couple soit préservé dans les meilleures conditions possibles et éviter une situation conflictuelle», insiste Me Mespelaere. Et d’ajouter : «Les vies personnelles et professionnelles de l’entrepreneur sont intiment liées, mais celui-ci s’en rend compte la plupart du temps lorsqu’un litige survient. Notre volonté est donc d’informer, de conseiller et d’anticiper pour écarter au mieux les situations conflictuelles.» Ainsi, plusieurs questions se posent pour un entrepreneur ou un chef d’entreprise quant à la dissolution du régime patrimonial ou aux implications d’une procédure de divorce, qui imbrique par conséquent le droit des affaires. Cela peut ainsi engendrer des conséquences sur un investissement immobilier ou impliquer le risque d’une faillite. Autre exemple, lorsqu’un époux fait l’objet d’une procédure collective, soit à titre personnel, soit au titre de la société qu’il dirige, il s’agit de déterminer si les biens de la famille serviront de gage aux créanciers ou non. «Le but est donc de mener une action de prévention en établissant toutes sortes de bilans patrimoniaux, personnels et professionnels, tout en instaurant une vraie relation humaine», renchérit Me Calzia. Noir sur Blanc Avocats est un cabinet de niche sur la métropole lilloise. «C’est un service unique sur la Métropole et même sur la région, alors que nous avons constaté un réel manque d’information et de conseil lors de nos carrières respectives. Depuis la création, le nombre de clients croît doucement. C’est normal car c’est encore nouveau de concilier les deux dans un même cabinet. En outre, nous projetons d’organiser des rencontres et des débats afin d’expliquer le lien inévitable entre le domaine du droit patrimonial et le droit des affaires», explique Me Mespelaere. Car si cette complémentarité est fortement acquise ailleurs, ce n’est pas toujours le cas en France. «Trouver des solutions en accompagnant de près les clients pour diminuer les contentieux est très pratiqué aux Etats-Unis et au Canada. Nous désirons suivre la même trajectoire afin de parvenir à délier une situation difficile en trouvant un accord ou en apaisant un climat houleux», exprime Me Calzia.

Un bel avenir en perspective pour ces deux avocates qui prodigueront des conseils doublement éclairés à leurs clients.