Association

Hugues Duyck : «au Club e6, les verrous ont vite sauté !»

Publié dans l'édition Nord N. 8506 par

Le Club e6 a pour objectif de rompre la solitude du chef d’entreprise par le partage d’expériences et de compétences, favorisant par l’échange la progression de l’homme, chef d’entreprise, et ce, dans le respect de six valeurs : écoute, échange, entraide, épanouissement, équilibre et efficacité.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Hugues Duyck.

Ce mois-ci, nous rencontrons Hugues Duyck, PDG  de Doc. logistics à Hazebrouck, spécialisée dans la logistique pour le transport international. Il est président du groupe Tapage.

 La Gazette. Comment avez-vous connu le Club e6 ?

Hugues Duyck. Voilà deux ans et demi, mon ami Santo Petranto, qui m’a parrainé, m’avait parlé du Club e6 lors d’une banale prospection. J’avais vu d’autres réseaux d’entrepreneurs avant mais aucun ne correspondait à la taille modeste de mon entreprise, qui est une PME de quelques personnes, même si elle rayonne à l’étranger jusqu’en Corée. J’ai donc assisté à ma première réunion de  groupe en présence de Pierre-Yves et de deux autres chefs d’entreprise encadrant nos débats. Ce petit groupe d’une dizaine de personnes, dont une très jeune femme, Ludivine, est toujours constitué de patrons de TPE. Il était à l’époque en cours de constitution et s’est logiquement appelé Tapage. Bref, l’ambiance m’a immédiatement plu, faite de liberté sans façon et de confidentialité rendant les échanges plus faciles.

 Comment vous êtes-vous comporté aux tout débuts ? Actif ou un peu attentiste ?

J’avais très envie de marquer ma présence après pas mal de temps passé à chercher un bon club. Mon métier est fait de réseaux d’entrepreneurs, il est extrêmement prenant car il faut gérer très vite énormément d’opérations à la fois − c’est comme ça le transport international −, et il ne faut pas flancher. La tension nerveuse due à ces rythmes effrénés demandait que je puisse m’aérer l’esprit dans un réseau sympathique de chefs d’entreprise et j’ai donc été tout heureux de découvrir chaussure à mon pied. Dès la deuxième réunion, les verrous ont sauté. Je suis naturellement leader ! Après la vice-présidence, la présidence, mais c’est un système tournant dans notre groupe : tout le monde y passe chaque année.

 Que cherchiez-vous précisément dans le Club e6 ?

Recevoir des informations mais partager et faire découvrir ce que je pouvais apporter, le tout dans une ambiance simple mais avec des compétences tous azimuts. Je suis le seul logisticien du groupe mais les métiers exercés par les autres membres créent une vraie complémentarité, par exemple dans le domaine des  assurances. Sans que ce soit le but premier, je m’enrichis régulièrement en compétences qui me sont utiles dans la vie et ma profession. Ma préoccupation principale, c’est juste rencontrer la diversité et m’enrichir en connaissances dans un climat quasi familial. Je peux affirmer que les questions que je me posais au quotidien depuis trois ans dans bien des domaines, humains notamment, ont trouvé là leur réponse.

 Quelle est, selon vous, la première obligation d’un membre du Club e6 ?

Sans conteste l’assiduité aux réunions. Je m’en fais  un devoir et pourtant, dans mon métier, ce n’est vraiment pas facile comme faire très fréquemment Hazebrouck-Lille-Hazebrouck  quand on est fatigué ou préoccupé ! Mais la réunion de groupe est l’événement du mois et j’ai été très vite l’un des plus assidus.

 Comment sont définis les thèmes ?

Chez nous, on questionne chaque membre sur ses souhaits, on synthétise et on y va ! Le thème principal reste l’homme, le chef d’entreprise. En janvier, on étudiera le stress, l’an passé on avait travaillé sur « Autour du rire »… Et 2013 est déjà sur les rails avec des échanges sur le développement de la TPE, les associations, le projet de loi de finances. Et on bouge : on a visité le futur terminal méthanier. En décembre, on tient un séminaire de présidents et vice-présidents.

 Pensez-vous comme certains, que des contacts plus fréquents entre présidents serait souhaitable, surtout à l’heure actuelle ?

Oui, nos rencontres entre présidents et vice-présidentstous les six mois, ce n’est pas assez. Nous sommes une communauté et je crois que plus de contacts intergroupes peuvent débloquer certaines situations dans le fonctionnement.

 

Groupe Tapage

Président : Hugues Duyck – Doc. logistics

Vice-président : Bruno Saingier – Cabinet Saingier

Benjamin Dorp – Aquavian SN

Ludivine Dufour – Shake’up

Jean-Eudes Maillard – Jems&Co

Mathieu Mazurek – SA2M

Jean-Philippe Panien – DSI

David Van der Snickt – Airria

Jean Vandenberghe – Hanelec