AlterEos

La réussite d’une entreprise sociale

Publié dans l'édition Nord N. 8512 par

Fort de 20 ans d’innovation, le groupe AlterEos mutualise les compétences de sept entreprises alliant solutions et parcours pour l’insertion sociale et professionnelle durable. Entreprendre pour des personnes fragiles est le cheval de bataille d’Hervé Knecht.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Hervé Knecht (au centre) entouré de ses salariés au sein de Flandre ateliers.

« Alter » du latin alterare signifie changer. Eos dans la mythologie grecque représente la déesse de l’Aurore. L’éponyme AlterEos désignerait-il alors un nouveau cap chaque matin pour les employés d’une entreprise très différente des autres ? Bien loin d’une tragédie grecque, l’entreprise a reçu cette année le Prix de l’engagement sociétal 2012. Cette récompense distingue toute aventure entrepreneuriale dans laquelle s’entrecroisent innovations économique et sociale.

Compétences et performances. Mais pour comprendre ce qui a motivé son directeur, Hervé Knecht, il faut se replonger quelques années en arrière. Cet homme, bourré d’humanité, a toujours vécu dans l’engagement. C’est une notion qui lui est chère et familière. L’aventure débute il y a 21 ans, lorsqu’il crée Flandre ateliers, devenue l’une des plus grandes entreprises adaptées de France. C’est en se lançant dans cette initiative novatrice qu’il relève brillamment le défi de bouleverser les codes. Le monde du travail devient aussi celui des personnes fragiles ou en situation de handicap. Le principe de compétence et de performance est instauré, délaissant rapidement celui de l’inaptitude. A ses débuts, en 1991, la société coopérative spécialisée en conditionnement industriel connaît une croissance fulgurante. Parallèlement, le centre de relation client, Flandre appels, prospère avec les entreprises PVC. Plus qu’un modèle économique qui se concrétise et connaît son heure de gloire, c’est aussi un modèle novateur qui prend place sur le marché de l’emploi. A cette époque et encore aujourd’hui, le challenge du créateur est de stimuler la formation, l’insertion, les compétences, la confiance, la solidarité. Pari risqué mais réussi.

Innovation sociale et technologique. En 2006, l’entreprise connaît un retournement de situation engendré par de fortes mutations économiques et une évolution des attentes de la part de la clientèle. C’est suite à une rencontre avec différents services de téléphonie qu’Hervé Knecht prend la décision de renouveler son activité vers des prestations de numérisation et de gestion électronique de documents. Six ans plus tard, le groupe devient un des leaders de cette activité sur le marché français, avec une clientèle de grands comptes comme Orange, SNCF, Bouygues… La structure compte aujourd’hui 520 salariés, dont 95% sont en CDI. En 2011, l’entreprise a engendré 12 millions d’euros. «Le groupe AlterEeos cherche à optimiser les compétences d’un salarié. Au lieu de lui donner différentes tâches à réaliser qu’il ne pourrait peut-être pas assumer, on préfère qu’il développe ses capacités pour une tâche bien précise… Cela n’empêche pas par la suite d’évoluer dans un autre domaine», indique le directeur. Mettre en avant une mise en intelligence des compétences est donc la politique de l’emploi choisie par le groupe. Bien plus qu’une innovation sociale, AlterEos ancre aussi l’innovation technologique au cœur de son champ d’action.

La formation au centre des perspectives. Le groupe poursuit trois objectifs. Le premier est de pérenniser l’emploi au sein de ses deux établissements, Flandre ateliers et Flandre appels, tous deux agréés «Entreprise adaptée». «Il faut trouver tous les moyens pour développer l’emploi. C’est pourquoi j’ai mis en place des projets qui concernent l’insertion et la formation. Ce sont des outils essentiels pour la réussite au sein du marché de l’emploi, et ceci en toutes circonstances. Nous travaillons avec des entreprises d’insertion et nous avons notre propre groupement d’employeurs. La formation est quant à elle une pierre angulaire de l’entreprise. Nous pilotons trois organismes spécialisés dans la montée en compétences sur les métiers du centre de relation client et de la gestion électronique de documents», souligne Hervé Knecht. Les formations concernent surtout le domaine informatique et ciblent le plus souvent un public âgé de 35 à 45 ans. «Cette méthode peut permettre la création de nouvelles aptitudes», explique le directeur. L’autre initiative du groupe innovante est le concept Recode. Il s’agit d’une entreprise de reconversion qui vise à la fois les activités professionnelles en déclin et les salariés précarisés, l’objectif étant de former ces derniers aux nouveaux métiers du tertiaire, en anticipant toute fracture sociale. En contrat de professionnalisation et encadrés par des tuteurs, les salariés apprennent les métiers de relation client et à sa gestion multicanale, avec une employabilité à la clé. Ainsi, ces personnes en difficulté peuvent retrouver une situation stable. Mais, évidemment, Hervé Knecht ne compte pas développer un concept qui resterait cloisonné entre les murs d’AlterEos. L’objectif à terme est de l’importer à d’autres métiers porteurs et à d’autres territoires. Et deux autres initiatives devraient voir le jour en 2013, avec entre autres la création d’un pôle régional sur l’innovation sociale. Quant à Hervé Knecht, après avoir œuvré pour améliorer les conditions de vie d’autrui, et avoir permis la transmission d’un savoir-faire, il remettra très prochainement son rôle entre d’autres mains. Le groupe AlterEos restera pour autant implanté dans le Nord-Pas-de-Calais.