A Calais

Le musée Meccano présente ses premières pièces

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8511 par

Avec les fêtes de fin d’année, les rayons jouets font le plein. La période idéale pour une première visite du futur musée Meccano, dernier fabricant français de jouets.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

C’est le fruit d’une étrange inquiétude : il y a près de deux ans, Calais bruissait de la rumeur selon laquelle «quelqu’un» allait se porter acquéreur du bâtiment de l’ancien Crédit Lyonnais pour y faire une mosquée. «Il fallait couper court à toute acquisition occulte sur l’achat du bâtiment», a déclaré Natacha Bouchart, sénatrice-maire de Calais lors d’une visite au musée le 7 décembre dernier. Dans le hall du bâtiment, les derniers ouvriers fignolent. Le toit a repris l’eau malgré les travaux et une grande coulée d’humidité entache une partie du plafond et un mur. De part et d’autre, des jouets sont installés : une batterie, des véhicules réduits, la mairie de calais et son beffroi mais sans les Bourgeois… Dans les gestes de l’artiste, ce sont ceux d’un mécanicien rigoureux que l’on discerne : les milliers de pièces s’assemblent selon les plans déployés sur la grande table centrale du futur musée. Charlie, l’artiste qui procède à l’élaboration des maquettes géantes, tire ses lignes sur de grandes feuilles de papier. Ce n’est pas sa première collaboration avec Meccano. 

CAPresse 2012

Maquette de la mairie de Calais et de son beffroi.

Innover et savoir surfer sur l’actualité. Pour Meccano, c’est encore une saison à plein. Le dernier fabricant français de jouets maintient ses positions sur son site qui avait vécu un plan social en 2008, coûtant 50 postes. Une décennie plus tôt, c’était 80 personnes sur 230 qui quittaient l’entreprise. Depuis, Meccano a repris du poil de la bête. Il y a deux ans, l’entreprise calaisienne a rapatrié une (petite) partie de sa production confiée à des opérateurs chinois. L’an dernier, surfant sur la sortie du Secret de la Licorne, premier épisode de la trilogie basée sur les histoires d’Hergé, Meccano a obtenu une exclusivité mondiale pour fabriquer les boîtes de construction aux couleurs de Tintin, ce qui avait fortement dopé les ventes de la marque. De quoi faire pour les 25 salariés dédiés à l’atelier. Meccano renouvelle ses gammes de produits par tiers tous les ans pour s’adapter à un marché demandeur de nouveautés et de dernières technologies : ovni-toupie, rodéo-machine, 4 x 4 trail, quad… Les objets défilent au département recherche-développement : on prépare déjà Noël 2013. Au musée, on attend la prochaine œuvre de Charlie : l’église Notre-Dame-de-Calais. L’original est en rénovation et ses abords doivent accueillir les jardins Tudor en 2013. 

 

CAPresse 2012
L’artiste Charlie réalise les bases de l’église Notre-Dame-de-Calais.

CAPresse 2012

Batterie grandeur nature en pièces Meccano.