PwC continue d’étoffer son offre de services

«Répondre aux enjeux de nos clients est notre priorité»

Publié dans l'édition Nord N. 8506 par

Pour la huitième fois depuis 2005, le cabinet PwC organise sa conférence «Arrêté des comptes et résultat fiscal» au Kinépolis de Lomme. Entretien avec ses associés sur ce qu’a été pour eux l’actualité 2012.

 

D.R.

De gauche à droite, Guillaume Molmy, senior manager en charge de l’activité conseil, Philippe Aerts, associé audit, responsable de la région Nord, Alexandre Decrand, associé audit, Stéphanie Verzura, directeur fiscaliste, et Fabrice Marmousez, associé en charge de l’expertise conseil.

 

  

La Gazette. L’année 2012 s’achève. En tant qu’acteur et partenaire de la vie économique et sociale régionale, qu’en retenez-vous ?

Philippe Aerts. Pour être présent dans la région depuis plus de 20 ans, PwC voit son activité évoluer dans un contexte de crise qui est de plus en plus générateur de difficultés pour les PME qui ont souffert cette année. Notre priorité est de tout mettre en œuvre pour répondre aux enjeux de nos clients en leur proposant une offre pluridisciplinaire.

 

Quels sont justement ces enjeux ?

 P. Aerts. Un des enjeux majeurs aujourd’hui est la gestion prévisionnelle. Un budget est à peine établi qu’il faut le réactualiser. Quand les marges sont comprimées, mieux vaut savoir où l’on en est. Faute de quoi, les dérapages peuvent être conséquents. Une gestion prévisionnelle s’impose, au même titre qu’un contrôle interne de qualité pour gérer au plus fin ses ressources, ses coûts.

Fabrice Marmousez. Plus que jamais, les entreprises ont besoin de connaître les indicateurs clefs de leurs performances. Souvent, les PME n’arrivent pas à faire parler leurs chiffres faute d’une comptabilité analytique trop compliquée à mettre en œuvre. Il leur faut une approche qui, rapidement, leur permette de savoir où elles gagnent et où elles perdent de l’argent. Certains fabricants sont pris dans l’étau de la hausse des prix de leurs matières premières et des exigences de maintien, voire de réduction de leurs prix de vente à leurs clients. Il leur faut réaliser une analyse très fine des coûts et de la rentabilité pour affecter les bons coûts aux bons produits.

 Stéphanie Verzura. Sur le plan juridique et fiscal, nous faisons le constat d’une accélération de la cadence des changements législatifs. Du coup, certaines entreprises peinent à s’adapter à ces évolutions qui peuvent être très impactantes et compliquer des restructurations d’entreprise. Il nous faut anticiper et intégrer très rapidement ces changements législatifs dans les business plans de nos clients. Et pour permettre aux entreprises de répondre au mieux au renforcement des procédures en matière de contrôle fiscal, nous sommes là aussi attendus pour les aider à une meilleure pertinence de la qualité de l’information au sein de l’entreprise.

 Guillaume Molmy. Pour ce qui concerne la technologie de l’information (IT), la tendance est au  recentrage sur les projets prioritaires. Nos clients nous sollicitent de plus en plus sur la définition de  plans stratégiques, en lien avec leur stratégie métier, et sur l’analyse de la valeur des projets qu’ils souhaitent mettre en œuvre avec à la clé de possibles arbitrages. La sécurité des systèmes reste également une préoccupation de nos clients.

 P. A. Toutes les entreprises sont confrontées à de nouveaux enjeux à effets cumulatifs. Ainsi, dans l’agroalimentaire qui est soumis aux fluctuations des coûts des matières premières, des coûts d’énergie, des taux d’intérêt et de devises. Un enjeu majeur réside dans la bonne couverture de ces risques de fluctuations. Pour le secteur bancaire, la réforme Bâle 3 a succédé à Bâle 2, plus exigeante et aussi plus contraignante.

 

Comment répondez-vous à ces enjeux de plus en plus prégnants pour vos clients ?

P. A. Dans ce contexte de plus en plus dur et difficile, les entreprises se doivent d’être plus performantes. Si elles restent sur leurs positions, elles ont tendance à décliner. Ce que propose PwC, c’est d’accompagner ses clients dans la course à l’excellence, pour développer leurs avantages concurrentiels. Notre apport se traduit par des préconisations sur tous les sujets de l’entreprise, de l’organisation opérationnelle à son activité au quotidien avec ses clients, en passant par l’optimisation de la fiscalité. Au final, notre juge de paix, c’est l’amélioration de l’information financière et des résultats de l’entreprise.

Toujours très présent dans des secteurs historiques comme l’agroalimentaire, la distribution spécialisée, l’immobilier, l’automobile, le pôle « audit » a axé son développement  sur plusieurs offres. Dans le secteur financier d’abord, pour servir cette activité significative dans la région au travers de deux spécialisations que sont le crédit à la consommation et la banque mutualiste. Notre volonté, c’est la plus grande proximité possible avec nos clients, la proximité géographique étant indissociable d’une grande proximité relationnelle. Dans le secteur de la santé ensuite, confronté à une démarche de certification des comptes à l’horizon 2014.

 F. M. Le pôle « expertise conseil » travaille sur plusieurs typologies de projets  et se focalise plus particulièrement sur l’offre de consolidation des comptes, mais aussi sur l’optimisation des performances de l’entreprise par rapport aux outils et processus utilisés, que ce soit en contrôle interne, en organisation, en fiscalité, en comptabilité… Les sujets d’optimisation ne manquent pas, d’autant que tout se complexifie dans le même temps. Un autre secteur d’investissement pour le pôle est celui du médico-social, confronté à des problématiques d’excellence budgétaire dans un contexte très contraint et pour lequel nous organisons une conférence « Arrêté des comptes » spécifique au premier trimestre 2013.

G. M. Le pôle « consulting » a renforcé ses équipes pour répondre en proximité aux problématiques des DSI et directions financières de ses clients. Nous sommes aujourd’hui une dizaine de consultants spécialisés dans trois domaines : le contrôle interne et la gestion des risques, les systèmes d’information et la transformation de la fonction finance (analyse des coûts de revient, réduction des délais de clôture, mise en place de reporting, amélioration du BFR …).

 F. M. Il est une nouveauté dont on parle beaucoup mais que peu concrétisent : c’est, au-delà de la dématérialisation de la comptabilité, l’accès aux comptes et aux outils de pilotage à distance via Internet. Grâce à un partenariat national avec un éditeur de solutions, nous proposons ce service qui permet au chef d’entreprise d’avoir accès à sa comptabilité et à ses tableaux de bord où qu’il soit. Nous apportons l’intégralité du package (processus et outils). C’est un point différenciant.

 

Votre offre s’est considérablement enrichie. Vos clients en sont-ils informés ?

 P. A. Si la conférence « Arrêté des comptes » et la matinée IFRS sont deux événements majeurs, au-delà le département consulting a mis en place des petits déjeuners à vocation pluridisciplinaire. Ils ont lieu tous les deuxièmes mardis de chaque mois à la Cité des échanges. Edité bimestriellement, «PwC et Vous» tient l’agenda des manifestations et des études de la firme. Celle-ci est aussi présente sur le web en partenariat avec Les Echos, avec deux axes prioritaires que sont les directions financières avec ‘Le Rendez-vous DFCG/PwC’ et les directions générales. Prochainement sera mis en œuvre un outil permettant de nous adresser à chacun de nos clients sur des sujets qui concernent leurs propres enjeux.

 

Envisagez-vous encore de nouvelles opérations de croissance externe ?

 P. A. L’an dernier, nous avons réalisé à Amiens une opération de croissance externe, officialisée en juin. Nous capitalisons sur cette opération et sommes toujours actifs et à l’écoute d’opportunités sur la région Nord, en particulier pour développer notre offre d’expertise conseil et plus spécifiquement sur la métropole lilloise.

 L’Arrêté des comptes région Nord

 Chaque année apporte son lot de réformes et de modifications en matière d’actualité comptable, fiscale et sociale et c’est ce qui fait l’intérêt de la conférence «Arrêté des comptes et résultat fiscal» organisée depuis huit ans par le cabinet PwC et ses équipes tant nationales que régionales. Une nouvelle fois, cette conférence promet d’être riche en informations et en commentaires, de quoi  permettre à chaque participant de mener au mieux ensuite ses travaux de fin d’année dans les meilleures perspectives. Une nouvelle fois, Claude Lopater, associé PwC, coauteur du « Mémento comptable » et membre du collège de l’Autorité des normes comptables (ANC), apportera son concours aux commentaires des experts PwC de la région : Philippe Aerts, responsable de la région Nord, Laurent Guiot, Sylvain Gagneux, Fabrice Marmousez, associés, et la directrice fiscaliste Stéphanie Verzura.

Au Kinépolis de Lomme, 1, rue du Château-d’Isenghien, lundi 10 décembre, de 14h30 à 18h30 (accueil des participants à partir de 14h. Inscription auprès de Sylvie Martin − tél. : 03 20 12 49 00.

 

reaux en région Nord - Picardie
. Lille, 108 collaborateurs, 65 en audit, 15 en expertise-comptable, 18 en juridique et fiscal, 10 en conseil. 

. Amiens, 40 collaborateurs : 1/3 commissariat aux comptes, 2/3 expertise-comptable. Spécificités : traitement des entreprises en difficultés et expertises judiciaires.

. Saint-Quentin, 50 collaborateurs : 1/4 commissariat aux comptes, 3/4  expertise-comptable. Spécificités : assistance aux entreprises en droit du travail et gestion déléguée.

. Dix associés : 

Lille : Philippe Aerts, responsable de Région, Laurent Guiot, audit, Fabrice Marmousez, expertise-conseil, Sylvain Gagneux, responsable du département juridique et fiscal, Alexandre Decrand, audit, et Christophe Thénégal, responsable du département conseil en management.

Saint-Quentin : Didier Brun, audit, responsable du département expertise-conseil, et Dominique Boulanger, audit

Amiens : David Guillemetz, expertise-conseil, et Olivier Carle, audit.