Naissance de la Biscuiterie artisanale de la Côte d'Opale

« Soleil d’Opale », un biscuit pur beurre pour représenter la région

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8511 par

Cinq chefs d’entreprise de la Côte d’Opale ont décidé d’allier leur savoir-faire expertise (produit, marché, marketing, commercial) pour créer un nouveau produit emblématique de leur terroir.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les cinq compères sont bien connus dans la région Nord-Pas-de-Calais. Alain Ducamp (Océan délices et Traiteur côté mer) fabrique aussi bien des rôtis de saumon farcis que des sushis. Hervé Diers (JC David) est un saurisseur renommé (saumon, hareng, haddock). Fabrice Legagneur s’est fait une réputation à la tête du fabricant de desserts surgelés La Charlotte récemment vendu à Senoble, comme Thierry Landron chez Terre de Lys. Le cinquième homme est l’artisan principal de la confection de ce nouveau biscuit : conseiller culinaire, Patrick Coppin, qui vient de créer Seafood consultant, met à profit l’expérience acquise dans la restauration et dans un centre de transfert technologique.

A chaque terroir son biscuit. La nouvelle société est née d’un constat. «Partout où nous allons en France, il y a un produit de biscuit qui correspond à la région touristique concernée, remarque Alain Ducamp. C’est vrai pour le calisson d’Aix, le cannelé de Bordeaux, la galette de Pont-Aven, les galettes de Bretagne, les biscuits du Mont-Saint-Michel, le biscuit rose de Reims, les gaufres fourrées ou les spéculoos du Nord. Et pourtant, sur notre Côte d’Opale personne n’a pensé à marquer notre territoire d’un biscuit qui représenterait notre littoral.» Autre constat : «De Dunkerque à Berck-sur-Mer, la coiffe de nos matelotes ressemble au soleil de notre région, soleil qu’elles ont aussi dans leur cœur, symbole de la région Nord-Pas-de-Calais. A l’heure du regroupement des chambres de commerce de notre littoral, le temps est arrivé de marquer notre territoire d’un petit biscuit représentant l’un des symboles de la marine locale, la coiffe de nos matelotes, que nous appellerons Soleil d’Opale

D.R.

Les premiers biscuits sont commercialisés, en boîtes ou en sachets, pour les fêtes de Noël et du Nouvel An.

Les matières premières sont bien sûr régionales. La farine sera produite à partir du blé d’un champ boulonnais. Le beurre provient de fermes locales et les œufs des élevages en plein air de Cocorette. A cela s’ajoutent du sucre vergeoise, de la chicorée et des baies de genièvre. L’objectif affiché est de fabriquer 20 000 boîtes et d’atteindre 1 M€ de chiffre d’affaires dès 2013.

Du sucré au salé. A très court terme, la biscuiterie fabriquera aussi des biscuits salés, réalisés à partir de produits de la mer et destinés à l’apéritif. Nommés Galets d’Ambleteuse et Galets d’Audresselles, ils sont évocateurs des valeurs maritimes : de vrais biscuits de marins ! D’autres projets de développement vont se concrétiser. «Une demande forte de la grande distribution (GMS) et de la restauration collective (RHF), explique Patrick Coppin, nous entraîne à mettre sur le marché des produits spécifiques régionaux typiques comme des tartelettes de poisson ou de fruits de mer (saumon, Saint-Jacques, haddock, cabillaud, poissons du jour). Cette nouvelle gamme de produits répond à la marque Tart’O fish. Et des tartes plus grandes, à destination des traiteurs locaux et de la RHF seront commercialisées sous la marque Tarterie de la Côte d’Opale.» Dans un premier temps, la Biscuiterie débute avec trois salariés. «Mais à terme, promet le gérant, on pourrait atteindre 40 à 50 employés

Biscuiterie de la Côte d’Opale : 4, rue Pierre-Rémoleux 62200 Boulogne-sur-Mer. Tél. : 03 21 91 55 27.
D.R.

De gauche à droite, Hervé Diers, Claude Allan (communauté d'agglomération du Boulonnais), Alain Ducamp, Patrice Durand (CCI Côte d'Opale) et Patrick Coppin.