Oscar de l'emballage dans la catégorie des Cartonnages pliants

Les Cartonnages Gaultier, une entreprise familiale qui cartonne

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8521 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Véritables «couturiers du carton», les Cartonnages Gaultier ont produit quelque 70 millions d’étuis et 100 millions de cartes blister en 2012. Pour quelque 500 clients de l’agroalimentaire, de la santé-cosmétique ou de l’écriture. Une nouvelle fois, ils sont distingués pour leur innovation, en remportant le trophée de la Fédération française du cartonnage, dans la catégorie des emballages pliants, avec une ingénieuse boîte-support pour le spécialiste du pansement Urgo.

D.R.

Laurent de Prat (à droite), président, et son fils Bertrand, directeur commercial des Cartonnages Gaultier.

Ennoblir le produit en l’emballant. Le cœur de métier de l’entreprise, implantée depuis 1929 à Pont-de-Briques (près de Boulogne-sur-Mer), est l’emballage carton qu’il faut concevoir, imprimer et façonner : l’étui boîte, la carte blister, le skin pack, le carton compact, ou la microcanelure… Car l’emballage n’est autre que le premier outil de communication de tout produit : la brosse à dents Colgate, les bêtises de Cambrai, le crayon Bic, la crème Nivea ou le plat surgelé Picard. Au cœur de l’usine, un atelier de conception assistée par ordinateur, de trois personnes, crée le volume désiré par le client, tandis que deux laboratoires s’occupent de la photogravure et des formes de découpe de plus en plus sophistiquées.

«On doit s’adapter au produit qu’on emballe, explique le président, Laurent de Prat. On lui donne de l’ennoblissement : un vernis sélectif, une dorure à chaud, un gaufrage ou un pelliculage. On peut même faire ressortir des écritures en braille ou intégrer une étiquette antivol. Chaque mois, nous avons 400 nouveaux produits.» La société travaille ainsi chaque mois 600 tonnes de carton, en feuilles, aux grammages très divers (de 250 à 700 g), en provenance de pays européens, mais aussi des supports plastique. 

 Le packaging de demain. L’entreprise est dotée d’un parc matériel moderne et complet : laboratoire équipé d’un CTP (computer to plate), impression offset 18 cylindres, 4 couleurs, 6 couleurs + UV, 4 vernisseuses en ligne, contre-colleuses automatiques, platines de découpe Bobst, gaufrage et dorure à chaud. «Nous venons de nous agrandir (+ 1 500 m²) pour permettre l’arrivée d’une plieuse-colleuse (35 mètres de long) qui triple nos capacités de production et réduit de moitié nos calages, ajoute son fils Bertrand, directeur commercial. En attendant l’acquisition d’un CTP de dernière génération accompagné d’une machine 6 couleurs.» Déjà certifiée ISO 9001, PEFC-FSC et Imprim’Vert, Gaultier investit dans la conception et la valorisation du packaging environnemental de demain. Chaque chute est en effet récupérée pour être envoyée au recyclage. Forte de 102 salariés, la société réalise un chiffre d’affaires annuel de 15 millions d’euros.

  www.cartonnagesgaultier.com

 D.R.
L’entreprise est dotée d’un parc matériel moderne, complet et soucieux de l’environnement.

Plus d’un siècle d’histoire

Les Cartonnages Gaultier ont été créés par Guillaume Delattre, avocat et journaliste, qui a connu les progrès de la mécanique, de la chimie et de la photographie industrielle. Son gendre, Paul Gaultier, lui a succédé en 1905 : propriétaire d’une imprimerie typographique, il déménagea pour s’installer en 1929 sur le site actuel de la SAS, rue Haffreingue à Pont-de-Briques (Saint-Etienne-au-Mont). Son neveu, Eugène de Prat, puis le fils de celui-ci, Eugène-Jean de Prat, adopteront par la suite le procédé offset. Dans les années 1980-1990, ils intègrent et développent les techniques de la photogravure, des formes de découpe et de façonnage. Aujourd’hui, la société familiale, qui a su sauvegarder sur un seul site une activité très diversifiée, dispose d’une usine de 12 000 m².