Un parc de 18 éoliennes pour l’Atrébatie

Un pas supplémentaire en matière de développement durable

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8521 par

Le chantier du parc éolien de l’Atrébatie est engagé depuis septembre 2012. La mise en service est prévue pour l’automne 2013 : 18 machines, d’une puissance totale de 54 mégawatts, fonctionneront.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Ostwind a démarré le chantier des 18 éoliennes sur 6 communes de l’Atrébatie.

Le développement durable sur la communauté de communes de l’Atrébatie, on ne fait pas qu’en parler. En effet, l’intercommunalité s’est emparée à bras-le-corps de cette thématique. Ainsi, le président de la communauté, Pierre Guillemant, et ses ouailles ont engagé une politique volontariste en matière de construction durable. Ainsi, la plate-forme multiservice, regroupant entre autres les services de la Communauté de communes, des bureaux, etc., a été conçue selon les normes BBC. De même, l’ensemble des bâtiments édifiés sur la zone Actipolis est réalisé selon des préconisations similaires.

S’agissant d’une volonté d’apporter une plus-value au territoire et de renforcer son attractivité, la démarche environnementale va plus loin et depuis 2002, l’Atrébatie planche sur la concrétisation d’un projet éolien. «L’énergie facile, indispensable pour notre vie quotidienne, c’est fini. Il faut désormais oser agir pour contribuer à la production d’une énergie renouvelable et injecter de la ressource sur le territoire pour faciliter la réalisation d’une priorité : économiser l’énergie», souligne Pierre Guillemant.   

Ce choix politique a été définitivement entériné en 2003 et en 2004, une charte de partenariat a été signée avec la société Ostwind. Cette dernière offrait de sérieuses garanties car elle est connue et reconnue en Allemagne pour son expertise. De plus, à l’époque où la contractualisation a été actée, Oswind était en train de bâtir le plus grand parc éolien de France (70 machines) sur le secteur de Fruges.

 Une production de 54 mégawatts.Une décennie aura été nécessaire pour mener à bien cette aventure qui aura été marquée par le lancement d’une nouvelle forme de concertation − le e-débat −, initiant un espace réservé à la démocratie participative sur la Toile. Un site web a ainsi permis à la population d’adresser ses remarques et observations ou encore de poser des questions.  

Suite aux études et aux quatre enquêtes publiques, le préfet a donné son accord pour la construction de 18 éoliennes sur les communes de Penin, Tincques, Berles-Monchel, Magnicourt-en-Comté, Chelers et Maizières.     

Le chantier a démarré au début de l’automne 2012 et la mise en service, sauf impondérables météorologiques, devrait intervenir dans le courant du deuxième semestre 2013.

Le terrassement a été engagé dès septembre, les travaux d’amélioration de sol ont débuté en octobre. Les fondations superficielles seront achevées au printemps, de même que les interventions de câblage. Le montage des éoliennes commencera, selon le planning, en mai pour se terminer durant l’été. S’enclenchera alors la phase d’essais, de contrôles d’optimisation.    

 Des retombées pour le territoire. Ces 18 éoliennes dégageront une puissance de 54 mégawatts, pouvant couvrir les besoins, chauffage inclus, de 54 000 personnes. Symboliquement, cette capacité viendra donc largement contenter les besoins des quelque 12 000 habitants des 27 communes de l’Atrébatie.

L’installation de ces géants va s’accompagner de retombées pour le territoire et va générer des ressources nouvelles qui serviront à doter le territoire d’équipements structurants, renforçant son attractivité.

Tout d’abord, les propriétaires fonciers des terrains concernés percevront un loyer. Par ailleurs, la Communauté de communes sera rémunérée par le revente de l’électricité produite à ERDF.

L’installation de ce parc éolien  a apporté aussi de bonnes nouvelles sur le front de l’emploi. Cinq postes vont être créés : deux directement par Ostwind et trois par le sous-traitant Vestas, chargé de la maintenance des 18 engins.   

A ce jour, Ostwind gère pas moins de 92 éoliennes sur le sol français et près de 200 en Allemagne. Outre l’Atrébatie, un autre projet est en cours de réalisation sur le secteur d’Hucqueliers et porte sur 6 éoliennes. Par ailleurs, la communauté de communes du canton Fruges nourrit de nouvelles ambitions et a exprimé le souhait d’agrandir son parc actuel de 70 à 100 éoliennes, correspondant à une puissance de plus de 200 mégawatts.  Cette extension devrait conforter sa position de leader français sur le plan éolien.