De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8548 par

Plus de la moitié des candidatures belges restent sans réponse En Belgique, 57% des demandeurs d’emploi n’ont aucune nouvelle de l’entreprise auprès de laquelle ils ont envoyé un CV, d’après une enquête réalisée par StepStone. Plus de 35% des gens n’ayant pas reçu de réponse affirment même que cela influence leur avis de manière très […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Plus de la moitié des candidatures belges restent sans réponse

En Belgique, 57% des demandeurs d’emploi n’ont aucune nouvelle de l’entreprise auprès de laquelle ils ont envoyé un CV, d’après une enquête réalisée par StepStone. Plus de 35% des gens n’ayant pas reçu de réponse affirment même que cela influence leur avis de manière très négative. «Envoyer un mail aux candidats qui ont postulé est simple comme bonjour», estime pourtant Michel Tubbax, directeur manager de la filiale belge de StepStone.

 

Neuf Flamands sur dix trouvent du travail l’année de leurs études

Malgré la situation économique, neuf jeunes de Flandre sur dix décrochent un job dans l’année qui suit la fin de leur cursus pédagogique. Ils ne sont que 3,5% à n’avoir pas eu d’expérience professionnelle après un an d’inactivité, révèlent le Forem et Actiris. A l’instar des autres régions, les personnes qui arrivent sur le marché de l’emploi sans diplôme de l’enseignement secondaire peinent à trouver rapidement du travail.

 

Un quart des Belges œuvrent à temps partiel

De l’autre côté de la frontière, un salarié sur quatre travaille à temps partiel ; 14% d’entre eux se disent prêts à faire davantage d’heures, selon Eurostat à travers des statistiques récentes. Pour l’ensemble des 27 Etats membres de l’Union européenne, la moyenne des employés qui ne sont pas à temps plein s’établit à 19,9% (21,4% dans la Zone euro). Les Pays-Bas arrivent en tête avec une proportion de 49,8%, suivis par la Suisse (35,6%) et la Norvège (28,1%).

 

Français et Néerlandais aiment la nourriture belge !

En 2011, après les citoyens belges, ce sont les habitants de l’Hexagone qui ont mangé et bu le plus de produits provenant de Belgique. La viande, les articles de crèmerie, les préparations à base de céréales ou encore les boissons ont particulièrement été appréciés des Français. En 2012, les Néerlandais ont pris le relais pour le même type de nourriture. C’est ce qu’indique la Fevia (la fédération de l’industrie alimentaire) dans son rapport annuel.

 

400 000 biens contrefaits saisis l’an dernier côté 

Le SPF économie s’est emparé en 2012 de plus de 412 000 articles contrefaits chez les Belges, d’une valeur estimée à 12 millions d’euros. Si le nombre de magasins examinés a été deux fois moins important que l’année précédente, les contrôles étaient cette fois plus ciblés. Le service fédéral voisin explique dans un communiqué publié il y a peu que 2 728 commerces ont été passés au crible. Au total, 356 pro justitia et 104 procès-verbaux ont été dressés.

 

Aide aux banques : -2,1 milliards de solde pour l’Etat belge en 2012

En Belgique, l’aide du gouvernement au secteur financier a généré l’an passé 1,55 milliard d’euros de recettes et 3,67 milliards de dépenses. La combinaison donne un solde négatif de 2,12 milliards d’euros, montrent des données diffusées dernièrement par Eurostat. L’office européen de statistique a également publié un état des lieux éloquent des coûts et gains du soutien aux banques en Europe. Dans la Zone euro, le solde négatif est de 53,83 milliards en 2012…