L’eau, emblème régional

L’eau : toujours rare et prometteuse

Publié dans l'édition Nord N. 8556 par

Au salon Environord, il sera aussi question de la gestion responsable de l’eau et des innovations qui aident à préserver ce bien précieux.

CAPresse 2013

L’eau, ressource précieuse de la région Nord-Pas-de-Calais.

 

Thématique cruciale, l’eau constitue un élément structurant de l’économie du Nord-Pas-de-Calais. Dans l’Audomarois, les papetiers pratiquent la gestion de la ressource depuis fort longtemps et ont appris à optimiser l’Aa et ses affluents. Sur la Côte d’Opale, la qualité de l’eau de mer est un argument touristique incontournable. L’Agence de l’eau Artois-Picardie s’inscrit dans les politiques publiques dédiées aux ressources aquatiques même si l’innovation «ne fait pas partie de nos moteurs premiers mais notre accompagnement d’industriels peut aller très en amont», selon Hubert Verhaeghe, chef du service entreprises. Exemple, «chez Tioxide, pour limiter les rejets d’eaux chargées d’acide sulfurique en mer, le groupe a décidé de créer un nouveau produit à partir de ces rejets. Soit il fallait recycler (trop onéreux), soit on pouvait les neutraliser et en faire de la valeur : c’est le sens du projet d’engrais à base de magnésium», explique l’ingénieur. Même méthode chez un teinturier et producteur de fil à Tourcoing : chez UTTI, le développement de l’automatisation du process, doublé d’une intégration de nouveaux outils, permet à la société d’atteindre quasiment le zéro déchets. Le secret réside dans un système de nanofiltration, procédé unique en Europe, qui ponctue un process doté d’une étape de séparation des flux en amont.

Applications concrètes. On restera dans le concret lors du salon avec un des dirigeants de l’entreprise Nidaplast environnement qui vient présenter la conférence du 4 juin «Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives». Jean-Yves Viaux parlera innovation écologique et santé publique. Le produit phare de la gamme de Nidaplast est un système de traitement des eaux pluviales «à la source. Un ouvrage compact qui comprend un compartiment de décantation poussé, un autre compartiment de filtration et d’absorption. Le tout forme une cuve de petite dimension qui peut traiter jusqu’à 1 000 m2», détaille le dirigeant. Mieux : auparavant, les systèmes de traitement piégeaient essentiellement les hydrocarbures, pourtant peu importants. La technique et les outils de Nidaplast permettent désormais d’élargir la captation à d’autres toxines comme les métaux lourds ou les matières organiques. Huit ans d’études et de tests ont permis d’aboutir à ce produit lancé il y a deux ans.