Les jardins à l’honneur au musée d’Arras

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8551 par

Frédéric Leturque, maire d’Arras, Hélène Delalex, attachée de conservation du patrimoine au château de Versailles, en charge du musée des Carrosses, adjointe au commissariat de l’exposition « Le Nôtre en perspectives », Catherine Génisson, sénatrice du Pas-de-Calais et vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais en charge de la culture, ont présenté le programme de la 3e et dernière […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Frédéric Leturque, maire d’Arras, Hélène Delalex, attachée de conservation du patrimoine au château de Versailles, en charge du musée des Carrosses, adjointe au commissariat de l’exposition « Le Nôtre en perspectives », Catherine Génisson, sénatrice du Pas-de-Calais et vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais en charge de la culture, ont présenté le programme de la 3e et dernière saison de « Roulez carrosses ! » qui devrait se terminer le 10 novembre.

Le jardin de la cour du cloître. L’année 2013 commémore le 400e anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, jardinier du roi Louis XIV. A cette occasion et dans le cadre de l’exposition « Roulez carrosses ! », les jardins sont à l’honneur au musée des Beaux-Arts d’Arras. Ainsi, les visiteurs peuvent découvrir jusqu’au 30 septembre  le jardin de la cour du cloître de l’abbaye Saint-Vaast. Véritable jardin à la française, il témoigne de l’influence de Le Nôtre, avec ses allées et parterre géométriques et ses buissons parfaitement taillés à la manière de l’art topiaire.

 

D.R.

Le jardin de la cour du cloître de l’abbaye Saint-Vaast est ouvert au public.

Un labyrinthe végétal dans la cour du musée jusqu’au 29 octobre. Quelques semaines après le départ du carrosse de Veilhan qui avait  attiré de nombreux visiteurs, un labyrinthe de verdure a pris possession de la cour du palais Saint-Vaast. Le choix n’est pas dû au hasard, au delà du clin d’œil à Le Notre, il faut savoir que le château de Versailles a eu un labyrinthe dans ses jardins, «disparu en 1775». Cet espace ludique − que les visiteurs se rassurent : le parcours n’est pas complexe et on ne peut pas s’y perdre − a été implanté sur près de 600 mpar les services techniques et espaces verts de la ville d’Arras. Les végétaux, plantés dans des bacs sur 240 mètres linéaires, seront replantés en plein sol à la base de loisirs des Grandes-Prairies à l’issue de l’exposition.