Douaisis – Adévia embarrasse Cœur d’Ostrevent

L’ouverture d’un contentieux ne résout rien !

Publié dans l'édition Nord N. 8554 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Certains diront que les élus de CO ont été bien patients… Les 49 hectares de la ZA de la Renaissance (Somain) qu’ils ont viabilisés n’ont jamais hébergé le moindre bâtiment de logistique (six bâtiments étaient prévus), la ZA de Barrois est vide elle aussi, une zone franche qui plus est ! Elle aussi défrichée et mise à disposition des entreprises. A chaque fois, la SEM d’aménagement et de commercialisation Adévia basée à Liévin, est en cause. Mais depuis 2005, CO n’a guère bougé et aujourd’hui, alors que cet aménageur qui est en charge d’autres dossiers sur le Nord, par exemple la ZA des Houssières de Beuvry-la-Forêt, avoue ses difficultés au point de se retrancher dorénavant sur l’autre département, CO entrevoit les conséquences.

Bien sûr les 1 000 emplois promis à Somain par la société relais Ostrevent Développement n’étaient que chimère. Mais CO devra assumer un déficit de 10M€ si fin 2013 le solde d’Adévia est négatif, incapable même de lui rembourser 1,5M€ d’avance… La seule solution pour le président de CO, Jean-Jacques Candelier, assigner Adévia en justice, charge à lui de dénicher en attendant d’autres aménageurs. Le CA de CO est d’ailleurs partagé sur l’opportunité d’une plainte jugée précipitée, arguant qu’Adévia peut s’en sortir et régler le problème…

En tout cas de lourdes pertes financières depuis 2011 affectent cette SEM. Fin mai, le nouveau directeur général Jean-Jacques Delille, ex-président de la CA du Douaisis, a annoncé un plan social portant sur 53 personnes.  Après des pertes financières importantes en 2012 et malgré les 11,7 M€ de secours, les  impayés cumulés ont fait plonger Adevia au moment où la crise affecte d’abord le bâtiment et que les banques assèchent leurs crédits.

Cette SEM qui a pour partenaires Artois Comm, le CG 62, la CALL, la Caisse des Dépôts, la Région, la CAHC, doit aussi activer une recapitalisation. Les premières dispositions sont tombées : réduction de charges à hauteur de 3M € d’où impact sur le personnel. Les premiers départs devraient se produire mi-juin.

Pour ce qui concerne la recapitalisation seraient sollicités les partenaires publics pour retrouver la caution bancaire et relancer l’investissement. Il y va de 60M€ en emprunts et en liquide, soit encore 25M€ en  recapitalisation, et 35 en emprunts, nouveaux et renégociés auprès des banques, sur 2013 et 2014. Sur les 25 millions de capital, 15% seront privés. A savoir aussi qu’une information judiciaire concernant une éventuelle fuite de fonds est en cours.

Adevia qui revoit ses 136 projets en cours, une vingtaine étant menacée mais officiellement non abandonnée, souhaite  retrouver l’équilibre en 2014 avec  un CA de 7M€  contre 11 en 2013. Cela dit, la volonté de recentrer dorénavant l’action sur le Pas-de-Calais ne fait pas l’affaire des Nordistes qui vont devoir se débrouiller.

 

(une photo CO-Adevia 1)

 

CO-Adevia 1 –A Beuvry-la-Forêt les panneaux d’Adevia sont là depuis longtemps  et très prometteurs, mais d’entreprises en vue dans la ZA des Houssières.

 

D.R.

A Beuvry-la-Forêt les panneaux d’Adevia sont là depuis longtemps et très prometteurs, mais d'entreprises en vue dans la ZA des Houssières.