Pierre Sezille de Mazancourt, chevalier de la Légion d’honneur

Publié dans l'édition Nord N. 8548 par

Le Domaine Napoléon a accueilli Pierre Sezille de Mazancourt qui a reçu la Légion d’honneur des mains de Victor Blanquart, proviseur honoraire à Seclin et président du Nord de l’UNC. Le récipiendaire a été – et est encore à 75 ans – un acteur particulièrement actif et pertinent de la vie socio-économique de la Métropole […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le Domaine Napoléon a accueilli Pierre Sezille de Mazancourt qui a reçu la Légion d’honneur des mains de Victor Blanquart, proviseur honoraire à Seclin et président du Nord de l’UNC.

Le récipiendaire a été – et est encore à 75 ans – un acteur particulièrement actif et pertinent de la vie socio-économique de la Métropole pratiquement depuis qu’il fut l’un des premiers occupants de la ZI en 1970. La tôlerie-chaudronnerie familiale − famille qui apparut en Picardie dès le XVIe siècle et dont les membres furent tous au service de la France − émigra de Lille à Seclin. Dès lors, Pierre Sezille de Mazancourt mena de nombreux combats. Jusqu’en 2009 en tant que président de la ZI. Aujourd’hui encore pour faire grandir son entreprise par l’acquisition de nombreuses PME, au point de devenir le groupe Cofinair. Mener l’action syndicale avec son ami Bruno Bonduelle au cours de 16 années de CCI. Assurer à la fois la pérennité de cette jeune ZI (aujourd’hui 170 entreprises) qu’il n’a cessé de moderniser et la doter d’une vocation d’échanges avec le sud de la Métropole. Soutenir les PMI de la région et l’industrie en général. Enfin, élargir l’horizon de l’entreprise, en particulier en la mettant au contact régulier de partenaires du monde de l’enseignement et d’autres entreprises, européennes et allemandes le plus souvent.

L’universalité de sa vision de la place de l’entreprise dans le monde, il l’a aussi appuyée sur une connaissance approfondie de l’informatique étendue aux entreprises. Il poursuit aujourd’hui cette tâche très personnelle, d’«inscrire l’entreprise dans un cadre social pour prospérer».