Une activité soutenue, promise à se développer

Port de Lille : un espace repensé

Publié dans l'édition Nord N. 8550 par

Service de la CCI Grand-Lille, Ports de Lille travaille à doubler le trafic voie d’eau des ports métropolitains et à concrétiser la grande mue de son site historique lillois.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

PhotoPort3 ou 2

D.R.

Philippe Hourdain explicitant les projets en cours pour le site historique de Ports de Lille.

D.R.

 

«Nous avons des projets ambitieux avec Voies navigables de France et avec la mairie de Lille.» Philippe Hourdain ne s’est guère attardé lors de la présentation du bilan 2012 de Ports de Lille sur les résultats obtenus, leur préférant, et de loin, les perspectives plus enthousiasmantes qui s’offrent à ce service de la CCI Grand-Lille.

Quelques chiffres quand même. Ensemble multi-sites (15) et multifonctions, Ports de Lille a enregistré en 2012 un trafic total de 7,581 Mt, en très légère baisse sur 2011 (7,714 Mt) grâce à une activité demeurée soutenue  malgré une conjoncture «peu porteuse». En recul aussi, le trafic voie d’eau à 1,649 Mt, deuxième meilleur score, le trafic conteneurisé à 68 806 EVP contre 78 291 en 2011. Au global, un CA de 12 M€ pour un résultat net de 2,3 M€, et surtout plus de 150 entreprises regroupées depuis le printemps 2012 au sein de la communauté portuaire Grand-Lille, à l’impact économique indéniable avec ses 5 412 emplois  générés, dont 3 032 directs, pour un CA estimé de 653,9 M€ et une valeur ajoutée estimée de 196,95 M€.

L’exercice 2012 aura aussi vu la montée en puissance du Centre multimodal de distribution urbaine qui entre en phase opérationnelle et disposera l’an prochain d’un bâtiment réaménagé pour accueillir sur 2 800 m2 l’ensemble de ses services. Dans le même temps, la CCI Grand-Lille a signé avec VNF une charte qui prévoit de passer le trafic voie d’eau des ports métropolitains de 1,1 à 2 Mt à l’horizon 2020 par le développement de nouvelles filières et du transport de conteneurs avec le lancement d’une barge entre Dunkerque, Lille et Dourges. Des sujets ambitieux qui nécessiteront aussi des travaux sur les ports de Santes et de Wambrechies pour respectivement 8 et 4 M€,  mais rien à voir avec le devenir qui se dessine pour le site historique de Ports de Lille et auquel travaillent Ports de Lille, CCI Grand-Lille, Ville de Lille et VNF.

Une partie du port − 8 ha, entre le bois de Boulogne et l’avenue de Dunkerque − se transformera, à l’horizon 2016, en quartier de ville avec logements, immeubles d’activités, tertiaire supérieur. Dans le prolongement vers le rond-point du port fluvial (13 ha) est notamment annoncé, outre les services du CMDU, un nouveau bâtiment de haute qualité architecturale de 10 000 m2 qui accueillera les services de Ports de Lille et de l’antenne territoriale CCI Grand-Lille pour un coût de 12 M€ et une livraison en 2015. Au-delà, le port restera port de marchandises sur quelque 30 ha auxquels s’ajouteront les 4,2 ha que la CCI a acquis auprès d’ArcelorMittal en avant du port de Loos-Sequedin avec, en perspective, la création d’un boulevard industriel qui pourrait aller jusqu’à EuraTechnologies. Pour la CCI, l’investissement global se monterait à 50 M€. Quand demain se prépare aujourd’hui…