Patrimoine

« Bassin Minier Patrimoine mondial » : marque de développement

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8561 par
D.R.

Le Bassin minier, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, avait besoin d'un logo pour communiquer. Ce dernier a été présenté très symboliquement sur la base du 11/19 de Loos-en-Gohelle.

Le Bassin minier a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO dans la catégorie « Paysage culturel évolutif vivant », le 30 juin 2012, au terme d’une longue aventure fédératrice. Le 1er janvier dernier, alors que l’association Bassin minier uni, qui avait porté la candidature, fusionnait avec la Mission Bassin minier, Jean-François Caron annonçait d’ores et déjà qu’une marque serait créée. «Nous avons besoin d’une réelle identité pour promouvoir notre patrimoine, mais aussi guider les potentiels visiteurs», expliquait-il à l’époque.
Mission Bassin minier, qui a donc repris le flambeau, a entre autres pour mission d’assurer la gestion du bien inscrit et d’en faire la promotion tant à l’échelle locale que nationale et internationale. Après six mois de réflexion, cette identité a été présentée. Elle sera apposée sur les documents de l’association et servira de point de repère pour les visiteurs. Il s’agit d’une «marque commune, facilement déclinable, qui peut être utilisée par l’ensemble des acteurs du Bassin minier pour valoriser le territoire», précisait Jean-François Caron, aujourd’hui vice-président de la Mission Bassin minier.

 Toute une symbolique. Humanité, humilité, fierté, dynamisme, travail et rayonnement ont été les clés de la construction du nouveau logo qui a la forme d’une empreinte, à l’image de celle laissée sur le paysage de la région. Mais il symbolise aussi l’empreinte des hommes, celle des veines de charbon creusées et enfin le mouvement perpétuel du territoire qui regarde vers l’avenir et souhaite être vu autrement.
Au centre de l’empreinte, un M adopte les contours de deux terrils ou, de manière plus subtile, l’ombre des mains des hommes qui ont façonné le paysage. Enfin, les couleurs rouge et gris permettent d’apporter du contraste, de la chaleur, du cœur et de l’humain.
La Mission Bassin minier aurait certes pu utiliser uniquement le logo de l’UNESCO, soumis à un usage encadré et contrôlé par l’UNESCO. Cependant l’objectif était d’avoir une marque propre au territoire qui pourra être utilisée par les partenaires, mais aussi par les acteurs privés et les usages marchands, après contrôle par les équipes de Mission Bassin minier.
Et Gilbert Rolos de conclure : «Il faut que tous se saisissent de cet emblème, qu’il puisse créer une synergie entre tous les acteurs du tourisme, de la culture, de l’économie. Montrer que nous sommes fiers de notre Bassin minier.»
La charte d’utilisation du nouveau logo sera envoyée aux partenaires d’ici la fin du mois de juin. Le comité d’éthique en charge de la validation des usages privés et commerciaux sera mis en place fin 2013.