"Sous les pavés l’agriculture" à Béthune

C’est toute une filière qui communique…

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8559 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La Grand-Place de Béthune a revêtu des allures de ferme à l’occasion du week-end de la Pentecôte. A  l’initiative des Jeunes Agriculteurs de la région, le monde rural a ainsi pu aller à la rencontre des citadins, comme l’explique Guillaume Caron, président de l’association : «Nous avons envie de faire redécouvrir nos métiers et les cultures aux habitants des villes. La première édition a eu lieu il y a deux ans à Arras. Nous avons décidé de tourner et d’exposer cette fois à Béthune.»    

Près de 200 personnes ont travaillé sur l’organisation, des exploitants, producteurs, étudiants, etc., et ce, depuis plusieurs mois.

Le monde des paysans garde la cote auprès des urbains et plusieurs dizaines de milliers de visiteurs ont répondu à l’invitation. Rencontres et débats avec le tissu associatif, scolaires, discussions avec un public familial, ces quelques jours ont permis des échanges constructifs et enrichissants. Au travers cet événement, les professionnels de l’agriculture ont ainsi pu faire passer différents messages.

Un poids économique important. Ainsi, ils ont tout d’abord insisté sur le poids économique que constitue l’agriculture dans le Nord-Pas-de-Calais, véritable vecteur de développement : «Nous possédons la 4e région agricole de France. On recense pas moins de 13 500 exploitations sur les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais, et la filière pèse pas moins de 80 000 emplois directs et indirects. Il faut renforcer cette position et faciliter l’intégration des jeunes. De même, on doit impérativement préserver la diversité de l’agriculture qui présente de multiples facettes sur notre territoire. Il s’agit d’une chance, d’une force, et il faut nécessairement éviter le piège des clivages. Ce type de rendez-vous a été créé notamment pour cette raison. C’est aussi important pour des professionnels de discuter avec leurs pairs, avec d’autres acteurs.»       

Les Jeunes Agriculteurs ont appuyé également sur un autre aspect − la sécurité alimentaire −, estimant être souvent des boucs émissaires lorsqu’un scandale éclate, comme le confie Guillaume Caron : «Nous sommes là pour distiller des vérités et insister sur le fait que nous ne sommes pas des empoisonneurs. Nous cultivons de façon raisonnée et employons de moins en moins de produits phytosanitaires. Nous donnons à nos métiers une dimension saine.»

Qui dit bonne pratique, dit aussi assurer la promotion des produits locaux. Ainsi, différents partenaires ont pu présenter les savoir-faire ;et notamment la marque Saveur en’or. Ce week-end a aussi été l’occasion d’évoquer l’importance de développer les modes de consommation en circuits courts, primordiale dans le cadre de la préservation de l’environnement.

D.R.

Pour Guillaume Caron, cette rencontre avec les citadins a permis de distiller plusieurs messages.