A Calais, la rénovation d’un équipement

La gare Calais-ville change d’allure

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8563 par

Il fut un temps où le débat sur la place de la gare internationale du Calaisis aurait pu faire pencher la balance en faveur du centre-ville de de Calais. Mais Frethun fut choisie et Calais rata un aménagement urbain d’ampleur dans son cœur de ville. Aujourd’hui, la gare fait peau neuve.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 Avec la rénovation et l’extension de sa gare de centre-ville, Calais veut offrir une image plus accueillante. Premier acte du projet, l’étude sur les accès, notamment dédiés aux personnes à mobilité réduite, de la gare de Calais-Ville que le Conseil régional a partiellement financée. L’accessibilité coûtera 1,06 million d’euros sur un budget global de 3 millions. La gare va subir de profondes modifications : sa façade sera entièrement réhabilitée grâce à une pierre de parement ; les menuiseries seront changées, le couloir de nuit et les escaliers rénovés, un ascenseur viendra compléter le tout. La passerelle donnant sur les quais sera également refaite. A l’intérieur, les «coques» commerciales feront peau neuve. Il y aura surtout l’extension du bâtiment voyageurs cet été. Au début de l’année prochaine, les finitions donneront une nouvelle allure à l’équipement de la SNCF.

CAPresse 2013

Lancement des travaux de rénovation de la gare de Calais-Ville le 7 mai dernier.

Calais, à la pointe du ferroutage ? La gare affichait 40 ans au compteur tout en étant − seulement − la 11e gare régionale. Calais-Ville avait quelques trafics fret dans le passé ; aujourd’hui, elle voit défiler un million de voyageurs par an. Le mouvement ascendant de la gare reste à faire. «A Calais, le chemin fut long», a indiqué Natacha Bouchart, sénatrice-maire de Calais. De son côté, Yann Capet, député de Calais et conseiller régional, se veut optimiste : «Cette rénovation était nécessaire. Le ferroviaire a beaucoup d’avenir sur le territoire. En juillet, nous aurons un nouvel arrêt à Calais-Frethun, deux autres avant la fin de l’année. Nous avons l’ambition d’avoir tous les atouts du ferroutage avec notre partenaire européen Eurotunnel.» Avec le raccordement de la zone de la Turquerie à venir et l’électrification de la ligne Calais-Dunkerque, les atouts ne manquent pas mais est-ce que cela sera créateur d’emploi ? Et une déléguée syndicale SUD de souligner à la fin des discours : «une des conséquences de ce chantier, c’est aussi la perte de deux postes à l’accueil de la gare»…