Banque et finance

Le Crédit coopératif soutient l’économie locale

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8559 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

L'assemblée générale du Crédit coopératif Nord-Pas-de-Calais s'est tenu salle Jean-Nohain à Lens.

Ouverture du musée du Louvre-Lens oblige, l’assemblée générale du Crédit coopératif de région s’est déroulée à la salle Jean-Nohain de Lens, avant une visite de la galerie du Temps. «Le Crédit coopératif est une banque du monde de l’économie sociale et solidaire qui compte parmi ses clients des associations, des mutuelles, des entreprises publiques locales, des organismes paritaires et des particuliers sensibles aux questions de l’économie sociale», a rappelé Christian Trannoy, directeur de l’agence arrageoise. Le Crédit coopératif est également la banque de référence des entreprises de l’économie sociale et solidaire, des coopératives ou groupements d’entreprises.
En période de crise, l’économie sociale et solidaire est à l’image de l’économie en général, à la seule différence qu’elle essaye de mettre en place plus de moyens pour améliorer les choses. «Dans ce cadre, à travers nos agences (ndlr : quatre en région, deux à Lille, une à Dunkerque et une à Arras) et nos trois autres établissements (BTP banque, Batinorest et la Caisse solidaire du Nord-Pas-de-Calais), nous apportons notre pierre à l’édifice», a-t-il poursuivi.
Reconnue à l’échelle nationale pour la transparence de son activité et pour l’usage des fonds qui lui sont confiés, la banque mène une politique de crédit soutenue et affiche une augmentation de 12% en 2012, avec un encours de crédit de l’ordre de 11,46 milliards d’euros. L’établissement a notamment mis en place depuis quelques mois le compte « Agir » qui permet à des personnes qui ont de l’argent de participer au financement de projets solidaires. «Ce nouveau mode de financement nous a déjà permis de lever 10 millions d’euros.»

Soutenir l’économie. Lors de cette assemblée générale qui a rassemblé une centaine de sociétaires (personnes physiques et morales) sur les 6 000 que compte la région, il a été expliqué que l’activité commerciale était soutenue en crédit comme en dépôt. Et Christian Trannoy de justifier : «Cela s’explique par notre volonté de soutenir l’économie et, en parallèle, que nous avons une réelle capacité à faire du crédit.»
L’établissement bancaire profite d’avoir moins de contraintes que certains de ses concurrents pour réaffirmer sa volonté de travailler avec les réseaux et s’afficher comme la banque des bons et des mauvais jours. En bref, plus que jamais dans les périodes difficiles, le Crédit coopératif affirme une nouvelle fois être la banque des personnes qui ont des idées, aussi celle au service des hommes et des femmes qui portent des projets qui font du bien à la société.