Les «24 heures de Saint-Jo» : Le Mans à l’échelle 1/10e

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8557 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Chaque année, 200 pilotes s'affrontent à travers trois catégories durant 24 heures au lycée Saint-Jo de Boulogne-sur-Mer.

Du 3 au 4 mai se sont déroulées les «24 heures de Saint-Jo» une réplique 1/10e des 24 Heures du Mans. Ce sont 200 élèves qui ont participé à l’événement créé en 2003 et réunissant les sections STI2D et S option «sciences ingénieur». Trois catégories sont définies en fonction du niveau d’études. Les professeurs, Thierry Maison et Daniel Kern, embarquent des élèves enthousiastes mais aussi l’ensemble du lycée ainsi que les sponsors.

L’événement découle d’un ensemble de projets engendrant esprit d’équipe, motivation, innovation et créativité, le tout autour d’un concept environnemental. L’ensemble procède au tri sélectif. Les voitures sont conçues, dessinées, usinées, assemblées, testées, réglées. L’établissement est doté d’une imprimante 3D. Une étude de style permet de définir la charte topographique, les couleurs, le logo.

Vingt bolides sont en compétition pour plusieurs prix : celui qui aura fait le plus de tours, le meilleur pilote, le prix de la Ville lié à l’aspect environnemental, le prix éco-énergie décerné pour le plus de kilomètres en consommant le moins d’énergie, le prix de l’innovation ou encore un concours de design sur les gentes. Certains sont des prototypes et l’une des équipes doit réaliser 20% d’économie d’énergie d’une année sur l’autre. Les canettes en aluminium et acier sont récupérées et le montant de la collecte est reversé à l’association caritative L’Oiseau libre, une troupe de chant composée d’enfants handicapés moteur.

Trois collèges participent à la course ainsi que l’établissement Saint-Exupéry de Berck qui présente une équipe d’handicapés moteur.

Grâce aux 67 sponsors, dont la société Lefranc de Calais, l’opération ne coûte rien aux élèves. Son coût global est de 30 000€. Les partenaires exposent lors de la manifestation leurs produits : voitures hybrides ou électriques, vélos, scooters et voiturettes électriques, panneaux solaires ou écocarburant.

Les élèves prennent sur leur temps libre pour que tout soit parfait le jour J. L’un des objectifs est de concrétiser le projet en respectant les délais. L’entraide est de mise, il ne s’agit pas d’une compétition pure mais plutôt d’un projet pédagogique d’ensemble, qui suscite tout au long du cursus des élèves motivés, intéressés et une évolution au cours du cycle. Les voitures sont pensées par les élèves, l’aspect environnemental valide le projet. Il convient d’apporter une innovation technologique dans un processus de développement durable.

Pour cette édition 2013, le parrain était Damien Biro, gérant de Eco Mobilys, concepteur de voitures électriques à Calais et dont la Pariss était exposée, et la marraine, Mireille Hingrez Cereda, maire de Boulogne-sur-Mer.

Les élèves sont chargés de la communication et de la recherche de partenaires non seulement pour une aide mais pour accueillir des stagiaires et concrétiser des embauches. Les taux de réussite à l’examen varient de 80 à 90%.