"Destins d’une citadelle"

Une réunion publique

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8561 par

La citadelle et les sites militaires d’Arras poursuivent leur mutation. Depuis l’arrivée du siège de la communauté urbaine d’Arras (CUA) en 2012, le site est en pleine reconversion pour accueillir des logements, des bureaux et des services. Quant aux abords et accès, ils sont en cours d’aménagement pour mieux en révéler sa richesse. Un échange […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La citadelle et les sites militaires d’Arras poursuivent leur mutation. Depuis l’arrivée du siège de la communauté urbaine d’Arras (CUA) en 2012, le site est en pleine reconversion pour accueillir des logements, des bureaux et des services. Quant aux abords et accès, ils sont en cours d’aménagement pour mieux en révéler sa richesse.

Un échange régulier avec la population. La CUA vient d’organiser une réunion publique «Destins d’une citadelle» avec l’objectif de présenter les travaux en cours et les enjeux de la reconversion du site. Une table ronde dans un amphithéâtre comble a permis de faire un point de situation intéressant avec, entre autres, la présence de Philippe Prost, architecte du patrimoine en charge des sites militaires, spécialiste de Vauban, Olivier Poisson, conservateur général du patrimoine au ministère de la Culture, et Olivier Vasserot, délégué aux restructurations au ministère de la Défense et des Anciens Combattants.

Propriétaire des lieux depuis 2010, la CUA a organisé tous les ans des réunions publiques. En 2010, des portes ouvertes ont attiré 10 000 visiteurs et 5 000 questionnaires ont été collectés. Deux réunions de présentation du schéma directeur de la citadelle ont lieu en 2011. Une présentation de la commercialisation, des travaux de l’hiver 2012-2013 et des réflexions sur la porte à chars se sont déroulés en 2012.

 

D.R.

Philippe Prost, architecte du patrimoine, s'est montré très en pointe lors de soirée d'information.

Un projet très «encadré». Depuis le lancement du projet, toutes les études sont confiées à l’équipe de Philippe Prost. Pour travailler sur un site classé aux Monuments historiques, l’obligation est que les études et la maîtrise d’œuvre soient confiées à un architecte du patrimoine.

Parallèlement, un comité de pilotage réunissant les parties prenantes de la réhabilitation a été mis en place. Cette instance a pour objectif de présenter les projets d’implantation (habitat, bureaux, loisirs, etc.) et d’aménagement, de prendre les décisions correspondantes et de suivre le contrat de reconversion, le projet d’aménagement ne s’arrêtant pas aux limites de la citadelle. En effet, le schéma directeur est établi pour les trois sites militaires (caserne Schramm, terrain du Gouverneur et citadelle) ainsi que sur le bois jouxtant, représentant une superficie de 72 ha. Les connexions avec la ville y sont étudiées, y compris les cheminements en mode doux, ainsi qu’une mixité sociale et d’usage pour en faire un véritable quartier de ville.

Les aménagements en cours. Un travail de cohérence est mené autour de trois pôles : loisirs/gastronomie, logements et économie. A ce jour, un certain nombre de projets ont été acceptés par le comité de pilotage et sont réalisés ou en cours. Au-delà de l’installation du siège de la CUA, on peut citer une miellerie pédagogique, la fromagerie La Finarde, un circuit accrobranche, un foyer numérique et un data center Décima qui ouvre en juin, des logements, etc. Philippe Rapeneau, président de la CUA, estime «que la citadelle pourrait générer 500 à 700 emplois», contrat presque rempli. Rendez-vous en 2020 !