Echos belges

Crise, bulle, chute et procès portuaire

Publié dans l'édition Nord N. par

    Vive la crise ! Pendant que certains pays souffrent de la crise (Grèce, Espagne, Italie…) d’autres en ont tiré parti grâce à des financements à moindre coût. La Belgique est de ceux là. D’après l’agence de la dette, le royaume aura économisé 8 milliards d’euros sur les charges d’intérêt de sa dette publique entre […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

 

Vive la crise ! Pendant que certains pays souffrent de la crise (Grèce, Espagne, Italie…) d’autres en ont tiré parti grâce à des financements à moindre coût. La Belgique est de ceux là. D’après l’agence de la dette, le royaume aura économisé 8 milliards d’euros sur les charges d’intérêt de sa dette publique entre 2010 et 2014 grâce à la différence entre les taux auxquels elle pensait emprunter et ceux qu’elle a effectivement trouvé grâce à la bonne appréciation qu’ont les investisseurs sur ses titres souverains. La Belgique a renoué avec la croissance en milieu d’année 2009. Le voisin allemand aurait économisé prés de 50 milliards d’euros sur ses charges d’intérêts.

Roularta en perte sèche. Le groupe de presse flamand a publié des chiffres décevant ces derniers jours avec un premier semestre 2013 dans le rouge (perte nette de 6.7 millions d’euros). La direction invoque un coût exceptionnel de restructuration important (14 millions d’euros). En 2012, le groupe avait terminé l’année avec un bénéfice de 9.9 millions d’euros. Son chiffre d’affaire des médias imprimés chute de 5.2 % (à 267.8 millions d’euros) et de 9.9 % dans l’audiovisuel (à 83.3 millions d’euros). Les baisses concernent les ventes et les recettes publicitaires (notamment dans les magazines). Le groupe est particulièrement fragile en France à travers sa présence dans l’Express, Point de Vue et la Voix du Nord.

L’immobilier belge surévalué. Le marché immobilier belge serait surévalué de 49 %… C’est ce que pensent l’OCDE qui vient de publier ses données ; La Belgique aurait même l’un des taux surévalué les plus important du monde… Les chiffres de l’OCDE relève de comparaisons entre prix, loyers, revenus. L’écart entre revenus et prix des logements est de 49 % tandis que celui mesuré entre ces prix et les loyers est de 63 %. Après la Banque Centrale Européenne, l’agence de notation Standard & Poor’s et l’hebdomadaire The Economist, l’OCDE ajoute un argument au risque de bulle immobilière. Un krach en vue ? Stabilisation cament les experts. Comme avant toute crise…

Réforme fiscale ? Les contribuables le demandent : l’Association Belge des Contribuables (ABC) réclame une réforme fiscale avant 2014 ainsi qu’un plan de relance de l’économie et de l’emploi : au chapitre des revendications, la baisse de l’impôt sur les sociétés (Isoc) et des particuliers (Ipp). L’objectif est de valoriser le travail, rétablir la classe moyenne, relancer l’investissement des P.M.E, la consommation et la création d’emploi » indique Albert Charlier, président de l’ABC qui conseille de faire des économies sur le budget des provinces. Les politiques voudraient d’abord assainir les finances publiques. La dernière réforme fiscales a supprimé, en 200, les deux tranches supérieures de l’imposition aujourd’hui plafonnée à 50 %.

 

 

Détroit contre Anvers. Ce pourrait être l’affiche d’une formidable bataille : le géant américain General Motors a décidé d’attaquer en justice la société portuaire d’Anvers avec qui il est en conflit autour du prix du foncier de l’ancienne usine Opel que GM a fermé depuis. Opel avait accepté un droit de rachat du port sur ces terrais acquis de façon avantageuse. Le port veut faire jouer ce droit. Un tribunal d’experts indépendants a estimé le prix de vente à 43.6 millions de dollars (pour 90 hectares). Le port d’Anvers empile les boites par manque de surfaces disponibles.

Morgan RAILANE