De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8578 par

 L’addition empire pour Dexia. La banque franco-belge Dexia continue sa descente aux enfers. En cours de démantèlement, le groupe a annoncé une énième perte − de 905 millions d’euros au premier semestre contre 1,2 milliard d’euros sur l’année 2012… Dexia s’est séparé au début de l’année de la Société de refinancement local qui lui a occasionné une […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 L’addition empire pour DexiaLa banque franco-belge Dexia continue sa descente aux enfers. En cours de démantèlement, le groupe a annoncé une énième perte − de 905 millions d’euros au premier semestre contre 1,2 milliard d’euros sur l’année 2012… Dexia s’est séparé au début de l’année de la Société de refinancement local qui lui a occasionné une perte de 142 millions d’euros. Le groupe indique avoir réussi à réduire son bilan de 31% sur le semestre, même si celui-ci est de 247 milliards d’euros. La banque s’est engagée à réduire son risque systémique devant la Commission européenne. Mais elle n’a rien pu faire face à la faillite de la ville de Détroit qui ne la remboursera jamais…

 

Les balances ont rendez-vous sur le web… Un site internet belge va bientôt permettre de dénoncer ceux qui ne respectent pas la loi. Le Service d’information et de recherche sur la fraude sociale est en train de mettre la dernière main à ce site. L’Office national de l’emploi (Onem) reçoit déjà 200 plaintes par mois. Jalousie et vengeance sont les deux ressorts les plus souvent observés chez les dénonciateurs. Irrégularités dans les déclarations, travail au noir, fausses déclarations familiales qui permettent des cumuls de prestations sont les infractions les plus citées. L’Onem fait savoir qu’elle garantit l’anonymat des personnes qui dénoncent…

 

La moitié des Belges n’épargnent pas. D’après une étude de la Banque centrale européenne (BCE), plus de la moitié des ménages belges (52%) ne parviennent pas à épargner. En revanche, un peu plus de la moitié des ménages qui disposent de leur logement indiquent être en mesure de mettre de l’argent de côté. Cette proportion tombe à un ménage sur trois chez les locataires. Côté revenus, les ménages gagnant moins de 16 000 euros sont un tiers à réussir à économiser. Parmi les revenus supérieurs à 90 000 euros, les deux tiers sont en mesure de le faire. Paradoxalement, le dépôt dans les banques a atteint 245,51 milliards d’euros fin juin dernier. L’épargne des Belges (du moins ceux qui le peuvent) est en hausse continue depuis 2008.

 

Les Belges souffrent psychologiquement. C’est une augmentation inquiétante : le nombre de Belges souffrant de problèmes psychologiques, et se trouvant de ce fait en maladie longue durée, est passé de 74 000 en 2007 à 93 000 en 2011. Soit +25% en cinq ans selon les chiffres de l’INAMI qui explique le phénomène par une recrudescence de fatigues chroniques et des douleurs musculaires chez les salariés. Depuis cinq ans, les incapacités de travail dues à des raisons psychologiques augmentent fortement dans les pays de l’OCDE. En Belgique, l’état psychique est la première cause de l’incapacité de travail avec un taux de 34%.