Chambre de métiers et de l’artisanat Nord-Pas-de-Calais

Elle va reprendre le centre Formatech de Solesmes

Publié dans l'édition Nord N. 8582 par

La CCI Grand-Hainaut voulait fermer son centre de formation de l’est du Cambrésis. La Chambre des métiers le rachète. Les précisions d’Alain Griset.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

La Chambre des métiers régionale reprend le site de Solesmes, ses formations et une partie du personnel.

 

Dans l’édition du 4 janvier, Randolph Séguy, directeur général de la CCI Grand-Hainaut (Valenciennes), expliquait pourquoi son institution consulaire avait décidé de fermer en juillet son centre de formation Formatech à Solesmes (est du Cambrésis). Ce projet avait suscité des réactions indignées parmi les élus du territoire… Début août, Alain Griset, président national et régional de la Chambre des métiers − sans vouloir commenter la stratégie de la CCI − confirmait l’existence, depuis environ six mois, de discussions avec celle-ci en vue d’une reprise : «Nos élus ont approuvé, la transaction est en cours, l’acte doit être signé en septembre. Depuis le 1er juillet, par convention avec la CCI, nous sommes gestionnaires du site.» Il a précisé que la vente avait été fixée à 1,1 million d’euros et que les élus du Cambrésis avaient souhaité l’intervention de la Chambre des métiers.

 

Une stratégie en cours. Il est à noter que si la CCI Grand-Hainaut a tendance à se retirer du Cambrésis tout en y maintenant une présence, la Chambre des métiers régionale a plutôt tendance à faire l’inverse. Deux illustrations.

En septembre, à Caudry, doit s’ouvrir la 10e antenne locale de son URMA (Université régionale des métiers de l’artisanat). La représentation de l’arrondissement, pour l’instant à Cambrai, s’y installera et les 7 000 m2 de locaux (construits sur 4 hectares) proposeront des formations à des CAP de base (boulangerie, pâtisserie, coiffure, fleuristerie, maçonnerie, peinture…). Cet automne, quelque 150 premiers apprentis devraient être accueillis sur ce site. Autre exemple : la Chambre des métiers a poursuivi cette année, avec Cambrésis emploi, une enquête sur les besoins en formation des artisans et entreprises artisanales de l’arrondissement.

 

Rattrapage. Avec la reprise de Formatech (sept à huit personnes, les locaux, les formations existantes), Alain Griset voit un complément à cette stratégie de développement de l’offre de formation en direction des salariés, chômeurs, jeunes et chefs d’entreprise. «On reprend l’existant, en lien avec le Conseil régional, avec la volonté de développer le domaine du bâtiment et de prospecter à la fois le Cambrésis et le Valenciennois.» Pour lui, les nouvelles normes énergétiques et nouveaux matériaux vont susciter des besoins.

Il y voit aussi un rattrapage : «Nous avons d’autres projets dans le Valenciennois ou le Douaisis. La région, c’est aujourd’hui 45 000 entreprises artisanales. En se basant sur les chiffres moyens nationaux, elles pourraient être 55 000 ! De fait, on compense les emplois industriels perdus. Depuis trois ans, nous avons un solde positif d’environ 2 000 entreprises.»