La Maison de l’emploi de Lille a contractualisé 164 emplois d’avenir

Publié dans l'édition Nord N. 8574 par

Ce résultat obtenu sur la métropole lilloise, six mois après la mise en place du dispositif d’insertion, vient compléter le bilan d’activité 2012 dont un des points importants est l’accès et le maintien à l’emploi d’un peu plus de 400 personnes au titre du PLIE, autre dispositif d’insertion.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Angéline Strobbe a créé Zocolata Bar, un bar à chocolat à Lille.

 

 Le cap avait été mis sur 389 emplois d’avenir  au 31 décembre 2013 sur la métropole lilloise. A ce jour, la Maison de l’emploi de Lille-Lomme-Hellemmes en est à 164. Environ 42% de l’objectif fixé. La déclinaison régionale du dispositif en faveur des jeunes de 16-25 ans avait été lancée novembre dernier à Lille par Martine Aubry et Michel Sapin, le ministre de Travail. «Il y a eu un démarrage un peu compliqué en janvier car le dispositif n’était pas du tout connu», fait savoir Lise Delarue, directrice de l’Unité économique et sociale qui regroupe la Mission locale Lille-Lomme-Hellemmes et la Maison de l’emploi de Lille-Lomme-Hellemmes. Sur les 164 emplois, 163 ont été contractualisés dans le secteur non marchand (associations et collectivités) et un seul dans le secteur marchand (entreprise). Le dispositif «emploi d’avenir» donne lieu à des aides de l’Etat à hauteur de 75% du Smic brut quand c’est dans le secteur non marchand et de 35% quand l’employeur appartient au secteur marchand.

Du bilan d’étape mitigé sur la métropole lilloise, Bernard Charles relève surtout l’aspect qualitatif. «Ce sont à 94% des emplois à temps plein qui bénéficient à 55% aux jeunes des quartiers sensibles», fait remarquer le président de la Maison de l’emploi Lille-Lomme-Hellemmes pour qui l’objectif 2013 sera atteint sans l’ombre d’un doute.  «Ça marche et ça va continuer à marcher», affirme-t-il. Un optimisme qui repose sur la conviction que la Maison de l’emploi et la Mission locale «connaissent mieux les jeunes» ciblés par le dispositif emploi d’avenir. L’an dernier par exemple, les «8 245 jeunes suivis par la Mission locale n’étaient pas tous inscrits au Pôle emploi avec lequel nous travaillons en collaboration».

Au titre de l’année 2012, d’autres dispositifs ont, quant à eux, atteint leurs objectifs. C’est le cas du Plan lillois pour l’insertion et l’emploi (PLIE) qui vise en particulier les personnes éloignées de l’emploi dans des parcours d’accompagnement plus ou moins longs pouvant atteindre 24 mois. L’an dernier, le PLIE a contribué à arracher au chômage 413 Lillois. Soit 13 de plus que l’objectif qui lui est assigné tous les ans.

L’accompagnement de la Mission locale porte aussi sur l’entrepreneuriat à travers le CLAP (Comité local d’aide au projet). En 2012, les projets accompagnés ont abouti à la création d’une trentaine d’entreprises. Parmi celles-ci figure Zocolata Bar, implanté place Rihour à Lille et ouvert en août 2012 après deux ans d’accompagnement. «C’est un bar à chocolat où l’on trouve du chocolat sous toutes ses formes», indique Evangéline Strobbe, la gérante, titulaire d’un master en histoire et patrimoine à l’université Lille 3 et qui a décidé de se mettre à son compte faute d’emploi dans son domaine d’étude.

Le Nord-Pas-de-Calais est l’une des régions où les jeunes sont le plus frappés par le chômage. En mai dernier encore, les moins de 25 ans y représentaient 19,7% des 359 400 demandeurs  d’emploi recensés.