Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale

Le cinquième parc français officiellement installé à Boulogne-sur-Mer

Publié dans l'édition Nord N. parc naturel marin par

Cinquième parc naturel marin français, le PNM des estuaires picards et de la mer d’Opale a été installé le 12 juillet en présence de Frédéric Cuvillier, ministre chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche. Place désormais à l’élaboration du plan de gestion à adopter avant la fin 2015.

Après trois années de concertation et une enquête publique, le premier PNM de la façade maritime Manche-mer du Nord a été créé par décret le 11 décembre 2012. Les 60 membres de son conseil de gestion se sont réunis pour la première fois le 12 juillet dans l’hémicycle de la communauté d’agglomération du Boulonnais afin d’élire leur président et les membres du bureau pour les cinq années à venir. Président du conseil général de la Somme, Christian Manable a été élu président du Parc. Au bureau siégeront notamment Jean-François Rapin (président de l’Association nationale des élus du littoral, maire de Merlimont), Dominique Godefroy (communauté d’agglomération du Boulonnais), Patrick François (comité régional des pêches maritimes Nord-Pas-de-Calais/Picardie) et Jean-Luc Bourgain (Centre national de la mer Nausicaà). Le siège du Parc naturel marin a été fixé à Boulogne-sur-Mer où une équipe, au départ principalement dédiée à l’élaboration du plan de gestion (qui doit être approuvé d’ici décembre 2015), montera progressivement en puissance pour permettre sa mise en œuvre, en particulier par la mise en place d’une équipe de terrain. Néanmoins, Etaples (site de la Corderie) a été jugée plus centrale pour accueillir la plupart des réunions du conseil de gestion.

D.R.

Le président Christian Manable (2e à gauche) et ses quatre vice-présidents : Alex Pion, Jean-François Rapin, Patrick François et Alain Cornu.

Carrefour écologique, économique et culturel entre Manche et mer du Nord, la zone du PNM (2 300 km² de mer longeant 118 km de côtes, du Tréport à Ambleteuse) est alimentée par sept fleuves. Si on y recense plus de 200 espèces animales (mammifères et oiseaux marins) et végétales, elle est aussi une zone d’intense activité aux multiples enjeux : pêche, transport maritime, tourisme… «Le Parc, a rappelé Frédéric Cuvillier, a pour ambition de répondre à trois objectifs fondamentaux : la protection des écosystèmes, la connaissance du milieu marin, mais aussi le développement durable des activités liées à la mer. Le Parc ne met donc pas sous cloche l’espace qu’il protège.»

Avec cette installation, la dynamique est désormais lancée, au bénéfice du milieu marin et des activités qui en dépendent !

www.aires-marines.fr/estuaires-picards