Projet de Centre européen d’essais ferroviaires

Le dossier est consultable

Publié dans l'édition Nord N. 8582 par

Jusqu’au 3 juin, les habitants de la Sambre-Avesnois peuvent prendre connaissance des objectifs et caractéristiques d’un projet très attendu par la filière ferroviaire régionale.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Aulnoye-Aymeries est un carrefour ferroviaire important et un haut lieu de l’histoire cheminote régionale.

Ce Centre européen d’essais ferroviaires (CEEF) correspond donc à ce projet d’anneau (avec ses équipements annexes) destiné à tester les infrastructures fixes. Sa réalisation est prévue non loin de la gare d’Aulnoye-Aymeries, au nord de la Sambre-Avesnois. Le maître d’ouvrage, Réseau ferré de France (RFF) en l’occurrence – qui est chargé des études d’avant-projet et des procédures réglementaires – vient de réaliser un dossier de présentation.

Depuis le 2 avril et jusqu’au 3 juin, il peut être consulté (pouvait être consulté ?) notamment à la sous-préfecture d’Avesnes-sur-Helpe, à la FCS Railenium et à la Direction régionale Nord, Pas-de-Calais, Picardie de RFF ainsi que sur son site internet.

 

Un contexte. RFF rappelle que c’est le code de l’environnement qui lui fait obligation de rendre publiques ces informations, le montant de l’opération prévue étant compris entre 150 et 300 millions d’euros. Ce projet est d’ampleur puisqu’il concerne et intéresse de grands opérateurs (RFF, SNCF, Alstom, Bouygues…) et acteurs industriels de la filière ferroviaire, sans oublier ceux des domaines de la recherche et développement ou encore de la formation. Tous espèrent voir mener à bien rapidement (on parle de 2017) la création de cet outil qui pourrait se révéler précieux dans un contexte de concurrence internationale. Etat et Région font partie des financeurs.

 

Un dossier. Ce projet de CEEF doit s’implanter, lit-on dans le dossier, dans «un périmètre intéressant directement ou indirectement les communes d’Aulnoye-Aymeries, Bachant, Ecuélin, Leval, Limont-Fontaine, Monceau-Saint-Waast, Saint-Remy-Chaussée et Saint-Remy-du-Nord». Il a pris naissance fin 2009, est-il rappelé, lorsque les communes d’Aulnoye-Aymeries et de Bachant se sont portées candidates à l’accueil du projet, y voyant là un moteur de développement local.

Ce projet industriel qui soulève des débats, également locaux, comprend notamment un anneau ferroviaire d’environ 6 kilomètres, un anneau dédié aux infrastructures ferroviaires urbaines de type tramway, d’environ 1,5 kilomètre, des bâtiments dédiés aux fonctions d’exploitation et de maintenance, un raccordement ferroviaire au réseau national, des voiries d’accès et dessertes routières, des équipements et dispositifs de sécurisation du site, une réserve foncière pour un futur «manège de fatigue». Les trains circuleront à 120 km/h sur des infrastructures variées qu’il s’agit donc de tester.

Le dossier du projet présente les acteurs, indique le scénario de référence, détaille ses caractéristiques techniques, rappelle les enjeux locaux, agricoles et fonciers. Sans oublier l’histoire industrielle et ferroviaire du secteur. La concertation que RFF souhaite instaurer est également détaillée : c’est elle qui conduira à la constitution du dossier d’enquête publique et à la déclaration d’utilité publique.