A Lumbres, une nouvelle zone d’activité économique

50 hectares au seuil de la Côte d’Opale

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8599 par

La communauté de communes du Pays de Lumbres n’avait pas encore sa zone d’activité économique. C’est chose faite depuis le 12 octobre dernier, avec le dévoilement des plaques des rues de la Porte-du-Littoral.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

CAPresse 2013

Perspectives de la zone d’activité Porte-du Littoral- à Lumbres.

 

Depuis le début du contrat de site consécutif au plan social d’Arc international (2 900 personnes sur 11 000 entre 2006 et 2013), c’est la sixième zone d’activité économique inaugurée dans l’Audomarois. Comme d’autres, elle se situe à l’une des entrées du territoire. La Porte-du-Littoral est une évidence : à 50 mètres de l’entrée de l’A26, elle se situe à 40 km de Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer. Et à 25 minutes au nord, on accède au tunnel ou aux ferries. Si elle peut aussi mettre en avant ses qualités fluviales avec l’Aa, le ferroviaire n’est qu’à 10 minutes. Mais l’emplacement géographique ne fera pas tout. Une dizaine de zones d’activité émaillent le Pays de Saint-Omer. La Porte-du-Littoral c’est surtout 50 hectares de foncier disponible de suite pour les implantations ou déménagements d’entreprises. «Le territoire est toujours en mutation. On ne peut pas rater la moindre occasion. Structurellement, l’Audomarois a besoin de zones d’activité», pétitionne Xavier Ibled, vice-président de la CCI Grand-Lille et directeur des affaires publiques d’Arc international.

Objectif : 700 à 800 emplois. Un rond-point et de nouvelles voies ont été financés par le Département. L’Agence de l’eau a subventionné et prêté pour les réseaux d’assainissement. La SANEF a travaillé avec le Pays de Lumbres pour la réalisation d’une aire de covoiturage. Jean-Claude Leroy, ancien maire de Lumbres et vice-président du conseil général du Pas-de-Calais, a rappelé la nature du projet : «Il nous faut travailler sur les portes d’entrée, caractéristiques des territoires intermédiaires comme le nôtre.» Les ambitions du maître d’œuvre (la CC Pays de Lumbres) sont fortes : «créer entre 700 et 800 emplois dans la zone», a dit Gilbert Chiquet, président de l’intercommunalité. Des implantations sont déjà prévues avec un drive Leclerc qui doit générer une quarantaine d’emplois, un bâtiment dédié à l’artisanat (3 500 m² pour une centaine d’emplois d’après William Zvertzwagher, dirigeant du promoteur immobilier BECI qui investit là 3 millions d’euros), l’arrivée de Sodiboissons qui investira plus de 2 millions d’euros sur 12 000 m² avec, en vue, la création de 30 emplois. «Nous regardons aussi du côté de la logistique, même si c’est une activité qui consomme beaucoup de foncier sans créer de nombreux emplois», a expliqué Jean-Claude Leroy. A l’agence de développement économique Saint-Omer développement, on parie sur la venue du logisticien Geodis et de l’enseigne de stores Novastyle qui quittera Racquinghem. Autant d’emplois potentiels qui doivent contrebalancer de possibles mauvaises nouvelles de l’industriel arquois. En effet, le premier employeur privé régional annoncera très probablement des mesures supplémentaires au chômage partiel généralisé dans son process.