Club d’entreprises

Béthune Nord entreprises passe à l’action

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8595 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Pourquoi aller chercher un prestataire à l’autre bout de l’Europe alors qu’il se situe bien souvent à quelques kilomètres ? Voilà une des raisons d’être des clubs d’entreprises de l’Artois.

Béthune Nord entreprises, tel est le nom du club de la zone d’activité Washington de Béthune. Il est le fruit des discussions de quelques chefs d’entreprise qui estimaient ne pas se connaître assez. «Sous l’impulsion de la Chambre, nous avons entamé des discussions avec plusieurs entreprises», explique Yves Gilles, directeur de l’entreprise Coenmans recyclages.
Initialement, Yves Gilles devait être vice-président, la présidence devant être assurée par Kurt Ghisbrecht, alors directeur de l’unité béthunoise de Gibert recyclage. «Les aléas de la vie professionnelle ont fait que Kurt a dû quitter la région. Ne voulant pas laisser tomber ce projet, j’ai donc décidé d’assurer la présidence du club», poursuit-il.
Béthune Nord entreprises a finalement vu le jour en novembre 2012. Il s’agit d’un club de zone-centre sur les avenues Washington, Fleming et Kennedy, ainsi que sur le port fluvial. Soit environ 70 entreprises parmi lesquelles on retrouve Bridgestone et McCain pour 2 800 emplois. «Pour le moment, nous avons réussi à convaincre une vingtaine d’entreprises, soit un tiers des entreprises de la zone.»
Ce chiffre devrait rapidement évoluer, tant les besoins des uns et des autres sont importants. D’autant que pour adhérer, il suffit de contacter un adhérent et de régler la cotisation annuelle de l’ordre de 150 €.

Trois objectifs. En se regroupant dans le cadre d’un club d’entreprises, les dirigeants souhaitent avant tout mieux connaître les activités de chacun, notamment en visitant les entreprises des uns et des autres, et échanger. «Nous souhaitons également mutualiser nos moyens pour faire baisser les coûts», poursuit le président. Le bureau a déjà toute une série d’actions à proposer. «Nous allons commencer par la signalétique de la zone. Nous aimerions mettre un panneau avec des flashcodes. L’objectif étant d’éviter que les camions aillent dans le centre de Béthune.»

Dans un second temps, le club travaillera sur le haut débit : «Actuellement les débits sont de l’ordre de 0,1 à 0,2 mégas, nous avons besoin de beaucoup plus, c’est d’ailleurs primordial pour le développement économique.» Le club a déjà réalisé une enquête auprès de ses adhérents afin d’avoir des chiffres à présenter aux collectivités locales : «Nous collectons des informations sur les besoins actuels des entreprises et ceux à cinq ans.»
Au titre des actions, le bureau souhaite aussi mettre en place des speed datings inter-clubs.